Cancer du foie : une étude quantifie le risque annuel dans le cas d’une cirrhose alcoolique

  • Nilsson E & al.
  • Scand J Gastroenterol
  • 7 août 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’une cirrhose alcoolique présentent une incidence annuelle de carcinome hépatocellulaire (CHC) de 1,5 %. Dans le cas d’une cirrhose liée au virus de l’hépatite C (VHC), l’incidence est plus élevée, de 4,7 %.
  • La survie est plus défavorable dans le cas d’une étiologie alcoolique, car le CHC est généralement diagnostiqué à un stade plus avancé.

Pourquoi est-ce important ?

  • 90 % des cas de CHC surviennent chez des patients cirrhotiques.
  • Les patients atteints d’une cirrhose doivent faire l’objet d’une surveillance pour le CHC.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte rétrospective de 1 317 patients atteints d’une cirrhose, issus des registres médicaux du sud de la Suède au cours de la période 2001–2010 (population en 2005 : 1,17 million), a été analysée.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • L’incidence annuelle de CHC était comme suit :
    • 1,5 % dans le cas d’une cirrhose alcoolique ;
    • 4,7 % dans le cas d’une cirrhose liée au VHC ;
    • 1,3 % en cas d’autres étiologies de cirrhose.
  • Au cours d’un suivi médian de 10,8 ans, la SG médiane associée au CHC était de :
    • 7,7 mois (IC à 95 % : 5,0–11), indépendamment de l’étiologie ;
    • 4,5 mois (IC à 95 % : 2,5–10) dans le cas d’une cirrhose alcoolique ;
    • 11 mois (IC à 95 % : 6,4–20) dans le cas d’une cirrhose liée au VHC ;
    • 9,3 mois (IC à 95 % : 3,9–13) en cas d’autres étiologies de cirrhose.

Limites

  • Protocole observationnel.
  • Des cas de cirrhose infraclinique peuvent ne pas avoir été identifiés.