Cancer du côlon de stade III : les TEP-TDM postopératoires de routine sont-elles utiles ?

  • Moore A & al.
  • Cancer Med
  • 22 oct. 2018

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une surveillance postopératoire précoce de routine à l’aide d’une tomographie par émission de positrons-TDM (TEP-TDM) a permis d’identifier des tumeurs primitives secondaires ou une maladie métastatique non préalablement détectées chez 13,4 % des patients atteints d’un cancer du côlon de stade III réséqué, ce qui a entraîné une modification des plans de traitement pour intégrer un traitement curatif ou palliatif.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les recommandations actuelles ne conseillent pas l’utilisation de la TEP ou de la TEP-TDM de routine pour le diagnostic ou la classification du cancer du côlon de stades I–III ou pour la surveillance post-chirurgicale de routine.

Protocole de l’étude

  • 342 patients atteints d’un cancer du côlon de stade III ont fait l’objet d’une résection et d’une TEP-TDM post-chirurgicale dans les 4 mois suivant la chirurgie et avant l’administration de toute chimiothérapie adjuvante.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 3,8 % des patients ont obtenu des résultats faux positifs.
  • La TEP-TDM postopératoire a entraîné une modification des plans de traitement chez 46 patients (13,4 %), dont 37 présentaient une maladie métastatique et 9 des tumeurs primitives secondaires.
  • Parmi ceux présentant une maladie métastatique, 37,8 % ont été traités avec une intention curative.
  • Parmi les patients véritablement de stade IV traités avec une intention curative, 64,3 % ne présentaient plus de signes de la maladie après un suivi médian de 83,8 mois.
  • La SG médiane pour l’ensemble de la cohorte et pour les patients véritablement de stade III n’a pas été atteinte, et elle était de 57,2 mois pour les patients véritablement de stade IV.
  • La survie sans maladie à cinq ans pour les patients véritablement de stade III était de 81 %.

Limites

  • Étude rétrospective monocentrique.