Cancer du côlon de stade II : le statut du système de réparation des mésappariements pourrait éclairer la prise de décision concernant la chimiothérapie adjuvante

  • Gkekas I & al.
  • J Surg Oncol
  • 11 déc. 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La chimiothérapie adjuvante est associée à une amélioration des résultats dans le cadre des tumeurs de cancer du côlon de stade II avec système de réparation des mésappariements compétent (proficient Mismatch Repair, pMMR), mais pas dans le cadre des tumeurs avec système de réparation des mésappariements déficient (dMMR).

Pourquoi est-ce important ?

  • La chimiothérapie adjuvante est généralement réservée aux patients à « haut risque » atteints d’un cancer du côlon de stade II, mais aucune donnée solide n’indique que les marqueurs associés à ce diagnostic constituent des facteurs prédictifs fiables.

Protocole de l’étude

  • Une étude rétrospective multicentrique (N = 451 ; dMMR : 92 ; pMMR : 359) a été menée.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 73 mois (79,1 pour les tumeurs pMMR, contre 67,6 mois pour les tumeurs dMMR ; P = 0,004).
  • Le traitement adjuvant n’était associé à aucun bénéfice de survie chez les patients présentant des tumeurs dMMR (rapport de risque [RR] : 1,05 ; P = 0,897).
  • Dans un modèle multivarié, le traitement adjuvant était associé à une amélioration de la survie globale (SG) chez les patients atteints de tumeurs pMMR (RR : 0,42 ; P = 0,007).
  • Chez les patients ayant présenté une rechute, aucune différence significative n’a été observée au niveau de la survie post-rechute en ce qui concerne la prise en charge postopératoire dans le groupe dMMR, mais les patients pMMR traités par chimiothérapie adjuvante ont obtenu une survie post-rechute plus longue (RR : 0,55 ; P = 0,033).

Limites

  • Analyse rétrospective.