Cancer du col de l’utérus : une approche mini-invasive s’avère non inférieure à une chirurgie ouverte

  • Ferrandina G & al.
  • Ann Surg Oncol
  • 9 nov. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La chirurgie mini-invasive et la chirurgie radicale ouverte sont associées à des taux similaires de récidive et de mortalité chez les patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus localement avancé qui font l’objet d’une radiochimiothérapie et d’une chirurgie.
  • La réduction de la perte de sang estimée et la durée de l’hospitalisation sont plus faibles avec la chirurgie mini-invasive.

Pourquoi est-ce important ?

  • Une approche mini-invasive peut être préférée à une chirurgie ouverte, en particulier dans les centres à grand volume.

Méthodologie

  • 462 patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus de stade IB2–IVA, traitées par radiochimiothérapie et chirurgie radicale, ont été incluses.
  • Financement : Université catholique du Sacré-Cœur (Catholic University of the Sacred Heart).

Principaux résultats

  • À cinq ans, aucune différence significative n’a été observée entre les patientes ayant fait l’objet d’une chirurgie radicale ouverte ou d’une chirurgie mini-invasive en termes de :
    • survie sans maladie (SSM) : 73,7 %, contre 73,0 % (rapport de risque [RR] : 1,034 ; P = 0,861) ;
    • taux de récidive locorégionale : 12,5 %, contre 15,2 % (RR : 1,174 ; P = 0,588) ;
    • survie spécifique à la maladie : 80,4 %, contre 85,3 % (RR : 0,731 ; P = 0,228).
  • Les patientes du groupe chirurgie mini-invasive, comparativement aux patientes du groupe chirurgie ouverte, ont présenté une réduction significative de :
    • la perte de sang estimée (P 
    • la durée de l’hospitalisation (P 
  • Aucune différence n’a été observée au niveau des complications postopératoires précoces (P = 0,331) ou tardives (P = 0,668).

Limites

  • Il s’agit d’une étude rétrospective.