Cancer du col de l’utérus récidivant : la RT de rattrapage s’avère sûre et efficace dans une étude coréenne

  • Kim HJ & al.
  • Gynecol Oncol
  • 5 sept. 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La radiothérapie (RT) de rattrapage est sûre et efficace chez les patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus récidivant.
  • La RT à modulation d’intensité (RTMI) était l’alternative privilégiée chez les patientes nécessitant une nouvelle irradiation.

Pourquoi est-ce important ?

  • La RT de haute précision peut être un traitement de sauvetage efficace dans le cadre du cancer du col de l’utérus, tout en protégeant les organes à risque.

Protocole de l’étude

  • 125 patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus récidivant ont reçu un traitement de sauvetage par RT (RT externe [n = 94] : RTMI ou RT conformationnelle en 3D ; et RT intracavitaire à haut débit de dose avec ou sans RT externe [n = 31]).
  • La RTMI a été choisie pour les cas les plus difficiles.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 5,5 ans.
  • Les taux de survie sans échec local (SSEL), de SSP et de SG à cinq ans étaient de 63,9 %, 39,6 % et 66 %, respectivement.
  • SG à 10 ans de 51 %.
  • La SSP médiane était significativement plus courte chez les patientes présentant à la fois un échec locorégional et des métastases à distance, comparativement à celles présentant soit un échec locorégional, soit des métastases à distance (14,7 contre 45,4 et 29,1 mois, respectivement ; P = 0,005).
  • 45 patientes ont fait l’objet d’une nouvelle irradiation, dont 51,1 % par RTMI.
  • Les taux de SSEL, de SSP et de SG à cinq ans pour l’irradiation étaient de 47,1 %, 33,2 % et 66,5 %, respectivement.
  • 9,6 % des patientes ont présenté des complications tardives de grade supérieur ou égal à 2.
  • La SG et la SSP étaient significativement supérieures chez les patientes présentant 0–1 facteur de risque que chez celles en présentant 2–3 (P 

Limites

  • Conception rétrospective.