Cancer du col de l’utérus précoce : la chirurgie mini-invasive est associée à des résultats moins favorables

  • Chiva L & al.
  • Int J Gynecol Cancer
  • 11 août 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus de stade IB1, une chirurgie mini-invasive est associée à des résultats oncologiques significativement moins favorables que la chirurgie ouverte.
  • L’utilisation d’un manipulateur utérin et l’absence de cloisonnement vaginal de protection pendant la procédure mini-invasive entraînent des résultats moins favorables.

Pourquoi est-ce important ?

  • Éviter d’utiliser un manipulateur utérin et pratiquer un cloisonnement vaginal méticuleux pourrait améliorer les résultats de la chirurgie mini-invasive.

Méthodologie

  • L’étude SUCCOR, observationnelle et multinationale, a été menée : 693 patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus de stade IB1 ont fait l’objet d’une hystérectomie entre 2013 et 2014.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Les patientes du groupe chirurgie mini-invasive, comparativement au groupe chirurgie ouverte, ont obtenu de moins bons résultats concernant :
    • la survie sans maladie (SSM) à 4,5 ans : 79 %, contre 89 % (P = 0,0003) ;
    • la survie sans récidive : rapport de risque (RR) de 2,07 (P = 0,001) ; 
    • la survie globale (SG) : RR de 2,42 (P = 0,004).
  • Dans le groupe chirurgie mini-invasive :
    • L’utilisation d’un manipulateur utérin était associée à une moins bonne survie sans rechute, comparativement à la chirurgie ouverte (RR : 2,76 ; P 
    • L’absence de cloisonnement vaginal de protection était associée à une survie sans récidive (RR : 2,58 ; P 

Limites

  • Il s’agit d’une étude rétrospective.