Cancer du col de l’utérus oligométastatique : la RT définitive apporte un bénéfice en termes de survie

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

À retenir

  • La radiothérapie définitive (RTD) appliquée à des sites limités chez les patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus (CCU) oligométastatique engendre des résultats favorables comprenant un bénéfice en termes de survie à long terme potentiel.
  • Deux ans après la RT, environ la moitié des patientes présentaient une progression de la maladie ainsi qu’une toxicité minimale.

Pourquoi est-ce important ?

  • Chez les patientes atteintes d’un CCU régional progressant vers une maladie métastatique, la chimiothérapie systémique engendre une survie médiane de moins d’un an à deux ans.
  • Bien que la chimiothérapie soit le traitement actuel de choix, la RTD pourrait être plus efficace et sûre chez cette population de patientes.

Conception de l’étude

  • Étude menée auprès de 38 patientes atteintes d’un CCU oligométastatique impliquant deux sites extrapelviens/para-aortiques ou moins recevant une RTD externe et une curiethérapie avec une chimiothérapie concomitante ou une résection chirurgicale.
  • L’oligométastase comprenait une maladie synchrone (n = 9) ou métachrone (n = 15) des ganglions supraclaviculaires ou une récidive dans le médiastin (n = 10), le poumon (n = 7) ou les sites supraclaviculaires et médiastinaux (n = 3).
  • Le suivi médian était de 35,2 mois (intervalle : 3,1–94,7).
  • Financement : Institut national du cancer (National Institute of Cancer).

Principaux résultats

  • La SG médiane était de 50,7 mois (IC à 95 % : 36,8–64,6 mois) ; les taux de SG à deux et trois ans étaient de 73,5 % et de 63,7 %, respectivement.
  • 18 et 6 patientes ont survécu plus de trois ans et plus de cinq ans, respectivement.
  • La SSP médiane était de 21,7 mois (IC à 95 % : 5,6–37,8 mois).
  • 55 % des patientes ont progressé ; le délai médian jusqu’à la progression était de 24,8 mois (IC à 95 % : 5,0–44,6 mois).
  • La toxicité associée au traitement de grade 3 ou supérieur était inférieure à 3 %.

Limites

  • Petite population d’étude et hautement sélectionnée.