Cancer du col de l’utérus localement avancé : la chirurgie avec préservation des nerfs engendre de bons résultats

  • Sakuragi N & al.
  • JAMA Netw Open
  • 1 mai 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une hystérectomie radicale d’Okabayashi-Kobayashi avec préservation des nerfs permet d’obtenir un contrôle de la maladie et une survie favorables chez les patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus localement avancé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Chez les patientes atteintes d’un cancer localement avancé observées dans le cadre de cette étude, la survie n’était pas inférieure à celle observée avec une hystérectomie radicale ou une radiothérapie dans la littérature publiée. Par conséquent, les cliniciens pourraient envisager une procédure avec préservation des nerfs chez ces patientes.

Protocole de l’étude

  • 121 patientes consécutives atteintes d’un cancer du col de l’utérus de stade IB1–IIB, selon la classification de 2008 de la Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique, ont fait l’objet d’une hystérectomie radicale d’Okabayashi-Kobayashi entre 2002 et 2011.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • L’âge médian était de 42 ans.
  • 62,8 % des patientes présentaient une maladie de stade précoce, et 37,2 % une maladie localement avancée.
  • La durée de suivi médiane était de 106 mois.
  • Chez les patientes atteintes d’une maladie de stade précoce et localement avancée, à 5 ans :
    • Le taux de contrôle local était de 99 % et de 87 %, respectivement.
      • Rapport de risque (RR) : 11,2 (P = 0,03).
    • Le taux de survie sans maladie était de 93 % et de 71 %, respectivement.
      • RR : 5,0 (P 
    • Le taux de survie globale (SG) était de 95 % et de 82 %, respectivement.
      • RR : 5,4 (P = 0,001).
  • Les facteurs de risque indépendants associés à la SG comprenaient :
    • la métastase des ganglions lymphatiques : RR de 10,5 (P 
    • l’histologie de carcinome adéno(-épidermoïde) : RR de 5,5 (P = 0,003).

Limites

  • Protocole rétrospectif.