Cancer du col de l’utérus : le risque de décès est deux fois plus élevé avec une chirurgie mini-invasive

  • Cusimano MC & al.
  • Am J Obstet Gynecol
  • 6 juil. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus de stade IB qui font l’objet d’une hystérectomie radicale, la chirurgie mini-invasive (CMI) était associée à un risque deux fois plus élevé de décès et de récidive, comparativement à une hystérectomie radicale ouverte.
  • Aucune différence n’a été observée au niveau de la survie chez les patientes de stades IA et II ou supérieur.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces patientes ne doivent pas faire l’objet d’une CMI ; une évaluation supplémentaire des sous-groupes est justifiée.

Protocole de l’étude

  • 958 patientes (âge moyen : 45,9 ans) atteintes d’un cancer du col de l’utérus principalement de stade IB (n = 543 ; stade IA : n = 244 ; stade II ou supérieur : n = 124 ; stade inconnu : n = 56), ayant fait l’objet d’une hystérectomie radicale entre 2006 et 2017, ont été incluses.
  • Financement : Hôpital Mount Sinai/Réseau de santé universitaire (Mount Sinai Hospital/University Health Network) ; autres.

Principaux résultats

  • 49,3 % des patientes ont fait l’objet d’une CMI (robotisée : 10,4 % ; laparoscopique : 89,6 %).
  • La durée de suivi médiane était de 6 ans.
  • Dans le cadre de la maladie de stade IB, la CMI a engendré une incidence cumulée plus élevée à 5 ans, par rapport à la chirurgie ouverte, dans les domaines suivants :
    • la mortalité (12,5 % contre 5,4 % ; P = 0,019) ;
    • la mortalité spécifique au cancer (9,3 % contre 3,3 % ; P = 0,003) ;
    • la récidive (16,2 % contre 8,4 % ; P = 0,008).
  • Après une correction pour prendre en compte les facteurs spécifiques des patients et des chirurgiens, la CMI était associée à un risque plus élevé de décès toutes causes confondues (rapport de risque [RR] : 2,20 ; IC à 95 % : 1,15–4,19) et de récidive (RR : 1,97 ; IC à 95 % : 1,10–3,50), comparativement à une chirurgie ouverte, chez les patientes atteintes d’une maladie de stade IB.
  • Les patientes atteintes d’une maladie de stades IA et II ou supérieur n’ont présenté aucune différence entre la CMI et la chirurgie ouverte au niveau du décès toutes causes confondues et de la récidive.

Limites

  • Protocole rétrospectif.
  • Petit nombre de patientes de stades IA et II ou supérieur.