Cancer du col de l’utérus : le cétuximab échoue en phase II dans le cadre de la maladie avancée/récidivante

  • Pignata S & et al.
  • Gynecol Oncol
  • 9 avr. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout de cétuximab à l’association carboplatine et paclitaxel ne permet pas d’améliorer les résultats oncologiques des patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus avancé/récidivant.
  • Le statut de la mutation PIK3CA prédisait la résistance au traitement par cétuximab.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats n’appuient pas une évaluation de phase III du cétuximab dans ce contexte.

Protocole de l’étude

  • L’essai de phase II randomisé MITO CERV-2 a été réalisé. 108 patientes non sélectionnées, atteintes d’un cancer du col de l’utérus avancé/récidivant, ont reçu le traitement de référence (carboplatine et paclitaxel) avec ou sans cétuximab.
  • Le critère d’évaluation principal était la survie sans événement (SSE ; le délai entre la randomisation et la progression, le décès, l’arrêt du traitement ou la perte au suivi).
  • Financement : Merck KGaA, Darmstadt, Allemagne.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 23 mois.
  • Aucune différence significative n’a été observée entre les patientes du groupe traitement de référence et celles du groupe avec ajout de cétuximab dans les domaines suivants :
    • SSE médiane (4,7 contre 6,0 mois ; RR : 0,97 ; valeur P unilatérale = 0,43) ;
    • SSP médiane (5,2 contre 7,6 mois ; RR : 0,84 ; valeur P unilatérale = 0,20) ;
    • SG médiane (17,7 contre 17 mois ; RR : 0,85 ; valeur P unilatérale = 0,27) ; et
    • taux de réponse objective (43 % contre 38 % ; P = 0,79).
  • 58 % des patientes du groupe traitement de référence et 80 % des patientes du groupe cétuximab ont présenté des événements indésirables de grade supérieur ou égal à 3 ; des toxicités cutanées ont été rapportées dans le groupe cétuximab uniquement.
  • Le cétuximab a amélioré la SSE dans le sous-groupe avec PIK3CA de type sauvage (RR : 0,09 ; IC à 95 % : 0,01–0,87), mais pas dans le sous-groupe avec mutation de PIK3CA (RR : 1,69 ; IC à 95 % : 0,46–6,47 ; Pinteraction = 0,001).

Limites

  • Essai mené en ouvert.