Cancer du col de l’utérus : la détresse psychologique est associée à un risque de mortalité plus élevé

  • Lu D & al.
  • Cancer Res
  • 28 juin 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les troubles liés au stress et les événements stressants de la vie durant la période du diagnostic de cancer augmentent le risque de mortalité spécifique au cancer chez les patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus, indépendamment des caractéristiques de la tumeur et de la modalité du traitement.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un dépistage et une intervention psychologiques pourraient améliorer les résultats chez les patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus.

Protocole de l’étude

  • 4 245 patientes ont reçu un diagnostic de cancer du col de l’utérus entre 2002 et 2011.
  • Financement : Société suédoise du cancer ; Conseil suédois de recherche sur la santé, la vie professionnelle et le bien-être ; autres.

Principaux résultats

  • 42,3 % des patientes ont présenté une détresse psychologique :
    • des troubles liés au stress (une réaction de stress et des troubles de l’adaptation, une dépression et des troubles anxieux), à hauteur de 9,2 % ;
    • des événements stressants de la vie (le décès ou une maladie grave d’un membre de la famille, un divorce ou une recherche d’emploi), à hauteur de 37,4 %.
  • Les patientes exposées à une détresse psychologique présentaient un risque significativement plus élevé de mortalité spécifique au cancer (rapport de risque corrigé [RRc] : 1,26 ; IC à 95 % : 1,08–1,46) que les patientes non exposées, après une correction pour prendre en compte le stade et l’histologie de la tumeur, l’année du diagnostic, le traitement, le mode de détection et les comorbidités.
    • Le risque était significativement plus élevé en cas de troubles liés au stress (RRc : 1,55 ; IC à 95 % : 1,20–1,99) et d’événements stressants de la vie (RRc : 1,20 ; IC à 95 % : 1,02–1,41).
  • L’association était significative avec la détresse psychologique ressentie au cours de l’année précédant ou suivant le diagnostic (RRc : 1,30 ; IC à 95 % : 1,11–1,52), mais pas au-delà.

Limites

  • Protocole observationnel.