Cancer du col de l’utérus : la curiethérapie à HDD s’avère efficace, avec moins de toxicités

  • Lin AJ & al.
  • Brachytherapy
  • 14 janv. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus nouvellement diagnostiqué et qui font l’objet d’une chimiothérapie, le taux de contrôle local (TCL) et la survie spécifique au cancer (SSC) étaient similaires avec une curiethérapie à bas débit de dose (BDD) et à haut débit de dose (HDD).
  • Les stades III–IVA du cancer selon la Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique (International Federation of Gynecology and Obstetrics) se sont avérés être associés de manière significative à une réduction du TCL.
  • La curiethérapie à HDD était associée à une réduction des toxicités intestinales/vésicales tardives de grade supérieur ou égal à 3.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats suggèrent que la curiethérapie à HDD devrait être plus largement adoptée, même dans le cas d’une chimiothérapie concomitante.
  • Il est nécessaire de se pencher sur le problème du mauvais contrôle local et du taux de toxicités plus élevé des patientes atteintes d’une maladie de stade III–IVA.

Protocole de l’étude

  • 609 patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus nouvellement diagnostiqué (stades IB1–IIB : 457 ; stades III–IVA : 152) ont fait l’objet d’une curiethérapie.
  • 88 % des patientes recevaient du cisplatine concomitant.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 505 patientes ont fait l’objet d’une curiethérapie à HDD.
  • La durée de suivi médiane était de 9,4 ans.
  • À 5 ans, la curiethérapie à BDD et la curiethérapie à HDD ont obtenu un TCL (89 % contre 86 % ; P = 0,24) et une SSC (66 % contre 69 % ; P = 0,50) statistiquement similaires.
  • Les stades III–IVA étaient associés de manière significative à une réduction du TCL (RR : 2,4 ; P = 0,004).
  • À 5 ans, le taux d’événements indésirables intestinaux/vésicaux tardifs de grade supérieur ou égal à 3 était plus élevé avec la curiethérapie à BDD dans l’ensemble de la cohorte (27 % contre 12 % ; P = 0,007) et chez les patientes de stades III–IVA (47 % contre 15 % ; P = 0,03), après un ajustement pour prendre en compte les récidives tumorales.
  • Un appariement selon les scores de propension a révélé qu’à cinq ans, aucune différence n’a été observée au niveau du TCL (P = 0,26), de la SSC (P = 0,19) et des toxicités intestinales/vésicales de grade supérieur ou égal à 3 (P = 0,44).

Limites

  • Étude rétrospective.