Cancer du col de l’utérus : l’évaluation radiographique des ganglions lymphatiques est associée à une survie similaire à celle de l’évaluation chirurgicale

  • Yang J & et al.
  • Gynecol Oncol
  • 13 déc. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir                  

  • L’évaluation radiographique des ganglions lymphatiques pelviens (GLP) et des ganglions lymphatiques para-aortiques (GLPA), comparativement à l’évaluation chirurgicale, est associée à une survie sans progression (SSP) et une survie globale (SG) comparables, chez les patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus de stade IB2–IIIB qui ont terminé une radiochimiothérapie concomitante (RCTC).
  • Les métastases des GLPA constituaient un facteur prédictif indépendant de la SSP et de la SG.

Pourquoi est-ce important ?

  • Une intervention chirurgicale peut augmenter le risque de complications périopératoires, ce qui peut retarder l’instauration de la RCTC.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée auprès de patientes atteintes d’un carcinome épidermoïde, d’un adénocarcinome, et d’un cancer adéno-épidermoïde du col de l’utérus de stade IB2–IIIB, qui avaient terminé un traitement par RCTC au cours de la période 2000–2017.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • La sensibilité, la spécificité, la valeur prédictive positive et la valeur prédictive négative des modalités d’imagerie pour la détection des :
    • métastases des GLP : 88,9 %, 22,2 %, 69,6 % et 50 %, respectivement ;
    • métastases des GLPA : 62,5 %, 92 %, 71,4 % et 88,5 %, respectivement.
  • Durée de suivi médiane :
    • 41 mois dans le groupe chirurgie ;
    • 51,5 mois dans le groupe imagerie.
  • Après un appariement selon les scores de propension, aucune différence n’a été observée entre les patientes du groupe chirurgie (n = 35) et celles du groupe imagerie (n = 70) en termes de :
    • SSP à 5 ans :
      • 62,6 % contre 72,4 % (rapport de risque [RR] : 1,11 ; P = 0,77) ;
    • SG à 5 ans :
      • 70,2 % contre 70,5 % (RR : 1,02 ; P = 0,96) ;
    • récidive locorégionale (P = 0,33) ;
    • métastases à distance (P = 0,59).
  • Les métastases des GLPA étaient un facteur de risque significatif de SSP (RR : 2,76 ; P = 0,01) et de SG (RR : 3,46 ; P = 0,01) défavorables.

Limites

  • Protocole rétrospectif.
  • Échantillon de petite taille.