Cancer du col de l’utérus : l’association paclitaxel, carboplatine et bévacizumab se montre efficace dans un essai de phase II

  • Suzuki K & al.
  • Gynecol Oncol
  • 5 juil. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association du paclitaxel, du carboplatine et du bévacizumab est possible et bien tolérée chez les patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus avancé ou récidivant.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit de la première étude à rapporter l’efficacité de l’association paclitaxel, carboplatine et bévacizumab chez des patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus.

Protocole de l’étude

  • Une étude de phase II a été menée auprès de 34 patientes (âge médian : 53 ans) atteintes d’un cancer du col de l’utérus avancé ou récidivant, qui ont reçu une association à base de paclitaxel, de carboplatine et de bévacizumab tous les 21 jours.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • Au total, les patientes ont reçu 260 cycles de traitement (médiane : 6 cycles/patiente).
  • La durée de suivi médiane était de 18,5 mois.
  • Le taux de réponse objective était de 88 % (IC à 95 % : 72,5–96,7 %), et la durée médiane de la réponse était de 6 mois.
  • Le taux de réponse complète était de 50 % (IC à 95 % : 32,4–67,6 %), le taux de réponse partielle était de 38 % (IC à 95 % : 22,2–56,4 %) et le taux de maladie stable était de 9 % (IC à 95 % : 1,9–23,7 %).
  • La SSP médiane était de 9 mois (IC à 95 % : 6,7–11,5) et la SG était de 26 mois (IC à 95 % : 14,3–37,7). 
  • Taux d’événements indésirables hématologiques de grades 3/4 : neutropénie (41,2 %), leucopénie (41,2 %), anémie (32,4 %) et thrombopénie (26,5 %).
  • Un épisode d’hémorragie bronchopulmonaire de grade 3 et une fistule rectovaginale de grade 2 ont été rapportés.

Limites

  • Petit nombre de patients.
  • Possibilité de généraliser les résultats limitée.