Cancer du col de l’utérus : l’ajout d’une TEP-TDM à une TDM n’apporte aucun bénéfice pour l’évaluation du stade

  • Elit LM & et al.
  • JAMA Network Open
  • 14 sept. 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les femmes atteintes d’un cancer du col de l’utérus localement avancé et aptes à recevoir une radiochimiothérapie (RCT), l’ajout d’une tomographie par émission de positrons-TDM (TEP-TDM) au fluorodésoxyglucose F18 à une TDM de l’abdomen et du pelvis pour l’évaluation du stade ne permet pas de détecter une maladie plus étendue, comparativement la TDM seule.

Pourquoi est-ce important ?

  • La TEP-TDM ne doit être envisagée que chez les patientes présentant des ganglions pelviens anormaux à la TDM.

Protocole de l’étude

  • 171 patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus de stades IB-IVA selon la Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique (International Federation of Gynecology and Obstetrics) ont été affectées de manière aléatoire selon un rapport de 2:1 pour faire l’objet d’une TEP-TDM et d’une TDM de l’abdomen et du pelvis, ou d’une TDM seule.
  • Financement : ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario, Action cancer Ontario.

Principaux résultats

  • Dans le groupe TEP-TDM, 60,7 %, 33,9 % et 5,4 % des patientes ont fait l’objet d’une RCT pelvienne standard, d’une RCT étendue et d’un traitement palliatif, respectivement.
  • Dans le groupe TDM seule, 75,0 %, 19,6 % et 5,4 % des patientes ont fait l’objet d’une RCT pelvienne standard, d’une RCT étendue et d’un traitement palliatif, respectivement.
  • Aucune différence n’a été observée entre les groupes chez les patientes recevant une RCT plus étendue ou un traitement palliatif (RC : 2,05 ; P = 0,06).
  • Dans le groupe TEP-TDM, 21,4 % des patientes ont fait l’objet d’une radiothérapie à champ étendu aux ganglions para-aortiques et 12,5 % aux ganglions iliaques communs, contre 14,3 % et 5,4 % des patientes du groupe TDM, respectivement (RC : 1,64 ; P = 0,27).

Limites

  • L’étude a été arrêtée de manière prématurée en raison d’un recrutement faible.