Cancer du col de l’utérus : l’ajout d’une chimiothérapie à une hadronthérapie aux ions carbone est associé à une survie plus longue

  • Okonogi N & al.
  • Cancer Med
  • 31 déc. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’hadronthérapie aux ions carbone (HT ions-C) couplée à une chimiothérapie concomitante (chimiothérapie/HT ions-C) est associée à une survie plus longue, comparativement à l’HT ions–C seule, chez des patientes atteintes d’un adénocarcinome du col de l’utérus.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’efficacité à long terme de l’association chimiothérapie/HT ions-C est inconnue.

Protocole de l’étude

  • Il s’agit de l’analyse groupée de 82 patientes atteintes d’un adénocarcinome du col de l’utérus de stades IIB–IVA qui ont fait l’objet d’une HT ions-C seule ou de l’association chimiothérapie/HT ions-C.
  • Les patientes ont reçu 74,4 Gy d’hadronthérapie ions-C, avec ou sans administration hebdomadaire de cisplatine.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • La cohorte appariée se composait de 26 patientes ayant fait l’objet d’une HT ions-C et de 26 patientes ayant fait l’objet d’une chimiothérapie/HT ions-C.
  • La durée de suivi médiane était de 34 mois.
  • Le taux de SG à 5 ans était significativement plus élevé dans le groupe chimiothérapie/HT ions-C que dans le groupe HT ions-C seule (72 % contre 46 % ; P = 0,041).
  • Le taux de survie sans métastase à distance à 5 ans était également significativement plus élevé dans le groupe chimiothérapie/HT ions-C que dans le groupe HT ions-C (66 % contre 41 % ; P = 0,048).
  • L’incidence de toxicités tardives de grade supérieur ou égal à 3 était similaire entre les 2 groupes (P = 0,602).

Limites

  • Protocole rétrospectif.