Cancer du col de l’utérus de stade précoce : la radiothérapie adjuvante retarde la récidive

  • Kim SI & al.
  • J Clin Med
  • 3 nov. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La radiothérapie (RT) adjuvante réduit de manière significative le taux de récidive chez les patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus de stade précoce à risque intermédiaire, qui font l’objet d’une chirurgie primaire, comparativement à l’absence de RT adjuvante.
  • Une amélioration de la survie sans récidive (SSR) a été observée chez les patientes faisant l’objet d’une chirurgie ouverte, mais pas chez celles faisant l’objet d’une chirurgie mini-invasive (CMI).

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats suggèrent que l’éventuel bénéfice de survie associé à la RT adjuvante pourrait varier selon l’approche chirurgicale.

Méthodologie

  • Une étude a été menée auprès de 83 patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus de stade précoce à risque intermédiaire, qui ont fait l’objet d’une hystérectomie radicale.
  • 53 patientes ont fait l’objet d’une RT adjuvante.
  • Financement : Institut coréen pour le développement du secteur de la santé.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 40,4 mois.
  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau du taux de survie globale (SG) à cinq ans entre la RT adjuvante et les groupes sans traitement adjuvant :
    • 93,6 %, contre 95,8 % (P = 0,860).
  • La RT adjuvante était associée à une amélioration significative de la SSR à 5 ans :
    • 85,6 %, contre 61,0 % (P = 0,009).
  • La RT adjuvante était associée à un risque de récidive de la maladie significativement plus faible :
    • Rapport de risque (RR) corrigé : 0,241 (P = 0,010).
  • Chez les patientes faisant l’objet d’une chirurgie ouverte, le taux de récidive était significativement plus faible avec un traitement adjuvant que sans :
    • Taux de SSR à 5 ans : 95,5 %, contre 64,9 % (P = 0,047).
  • Chez les patientes faisant l’objet d’une CMI, la RT adjuvante n’a entraîné aucune amélioration de la SSR :
    • RR corrigé : 0,305 (P = 0,092).
  • Le taux d’observance des recommandations était de 63,9 %.

Limites

  • Il s’agit d’une étude rétrospective.