Cancer du col de l’utérus de stade précoce : la chirurgie ouverte offre un avantage en termes de survie, comparativement à la CMI

  • Dai D & al.
  • Cancer Med
  • 25 nov. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La laparotomie a été associée à une amélioration de la survie globale (SG) et de la survie sans maladie (SSM) chez des patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus de stade IB, comparativement à la chirurgie mini-invasive (CMI).

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats appuient la supériorité de la chirurgie ouverte en termes de SSM et de SG.

Méthodologie

  • 426 patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus de stade IB ont fait l’objet d’une CMI ou d’une laparotomie entre 2012 et 2015.
  • Financement : Fondation nationale des sciences naturelles de Chine.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 65,2 mois et 71,9 mois dans les groupes CMI et laparotomie, respectivement.
  • La CMI était associée à un risque plus élevé de récidive (rapport de risque [RR] : 2,403 ; P = 0,009) et de mortalité spécifique à la maladie (RR : 3,719 ; P = 0,006).
  • À 5 ans, dans le sous-groupe de patientes de stade IB1, la CMI était associée à de moins bons résultats concernant :
    • le taux de SSM (89,5 %, contre 100 % ; P = 0,012) ;
    • le taux de SG (93,4 %, contre 100 % ; P = 0,043).
  • Chez les patientes de stade IB1 sans envahissement de l’espace lymphovasculaire, la SSM était nettement moins favorable dans le groupe CMI (P = 0,021).

Limites

  • La méthodologie de l’étude était rétrospective.