Cancer du bas rectum : quels facteurs affectent la SSM ?

  • Souadka A & al.
  • BMC Cancer
  • 28 oct. 2019

  • Par Craig Hicks
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’un cancer du bas rectum présentent un risque plus élevé de survie sans maladie (SSM) réduite, même après une réponse complète pathologique (RCP) à la radiochimiothérapie néoadjuvante (RCTn), lorsqu’ils présentent des tumeurs mal différenciées ou un sepsis périnéal.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les cliniciens et leurs patients doivent envisager des options thérapeutiques agressives supplémentaires afin d’atténuer ces facteurs de risque.

Protocole de l’étude

  • Les chercheurs ont étudié les dossiers médicaux de patients atteints d’un adénocarcinome du bas rectum ayant obtenu une RCP (ypT0N0) après une RCTn et une exérèse mésorectale totale (N = 84 ; âge moyen : 54,5 ± 12 ans ; 54,8 % de femmes) afin d’étudier les facteurs liés à la SSM.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • Le taux de récidive global chez les patients présentant une RCP était de 12,6 %.
  • L’analyse multivariée a révélé que deux facteurs étaient indépendamment associés à une SSM réduite :
    • des tumeurs mal différenciées (rapport de cotes [RC] : 9,23 ; P = 0,023) ;
    • un sepsis périnéal (RC : 13,51 ; P = 0,008).
  • Le taux de mortalité à 30 jours était de 3,6 %, et le taux de complications global (grade de Clavien-Dindo supérieur ou égal à IIIa) était de 14,3 %.

Limites

  • Il s’agissait d’une étude rétrospective avec un échantillon de petite taille.
  • Les protocoles de radiothérapie étaient différents entre les centres.