Cancer de la vessie : une immunothérapie d’association contenant une dose importante d’ipilimumab permet d’obtenir la meilleure réponse

  • Sharma P & al.
  • J Clin Oncol
  • 17 mai 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le nivolumab (3 mg/kg ; NIVO3) continue de démontrer des bénéfices cliniques à long terme, seul et en association avec l’ipilimumab (1 mg/kg ; IPI1), chez les patients atteints d’un cancer urothélial avancé préalablement traité.
  • L’association nivolumab (1 mg/kg ; NIVO1) et ipilimumab (3 mg/kg ; IPI3), suivie de nivolumab seul, est associée au taux de réponse globale (TRG) et à la SSP les plus élevés des trois schémas.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats indiquent un bénéfice persistant associé à NIVO3 ; les résultats prometteurs de l’association NIVO1 et IPI3 justifient une évaluation en traitement de première intention.

Protocole de l’étude

  • L’étude de cohorte d’expansion de phases I/II CheckMate 032 a été menée auprès de 274 patients atteints d’un carcinome urothélial non résécable, localement avancé ou métastatique.
  • Les patients ont reçu NIVO3, l’association NIVO3 et IPI1 suivie de NIVO3, ou l’association NIVO1 et IPI3 suivie de NIVO3.
  • Financement : Bristol-Myers Squibb et l’Institut national américain du cancer (National Cancer Institute).

Principaux résultats

  • Dans les groupes NIVO3, NIVO3-IPI1 et NIVO1-IPI3 :
    • La durée de suivi minimale était de 37,7, 38,8 et 7,9 mois, respectivement.
    • Le TRG confirmé était de 25,6 %, 26,9 % et 38,0 %, respectivement.
    • La durée de réponse médiane était de 30,5, 22,3 et 22,9 mois, respectivement.
    • La SSP médiane était de 2,8, 2,6 et 4,9 mois, respectivement.
    • La SG médiane était de 9,9, 7,4 et 15,3 mois, respectivement.
    • 26,9 %, 30,8 % et 39,1 % des patients, respectivement, ont présenté des événements indésirables de grades 3-4 liés au traitement.
  • Une pneumopathie inflammatoire de grade 5 liée au traitement a été rapportée chez un patient dans les groupes NIVO3 et NIVO3-IPI1.

Limites

  • Protocole en ouvert.