Cancer de la vessie : une histologie épidermoïde est associée à un pronostic moins favorable

  • Matulay JT & al.
  • Urol Oncol
  • 28 janv. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’un carcinome épidermoïde (CE) invasif de la vessie ont un pronostic moins favorable que les patients ayant une histologie de carcinome urothélial (CU).
  • La chimiothérapie néoadjuvante (CTNA) montre un bénéfice en matière de SG pour les patients atteints d’un CU, par rapport à la cystectomie radicale (CR) seule, mais pas pour les patients ayant une histologie de CE.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des traitements plus efficaces sont nécessaires pour le CE invasif de la vessie.

Protocole de l’étude

  • 394 956 patients atteints d’un cancer de la vessie, issus de la base de données nationale américaine du cancer (National Cancer Database), ont été analysés.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • 63 482 patients présentaient un cancer de la vessie avec envahissement musculaire cliniquement localisé ; parmi ces patients, 1,2 % avaient une histologie de CE.
  • Au moment du diagnostic, 70 % des patients atteints d’un CE étaient à un stade cT2-4, contre 19 % des patients ayant une histologie de CU.
  • La SG était moins favorable chez les patients atteints d’un CE de la vessie avec envahissement musculaire cliniquement localisé, par rapport aux patients atteints d’un CU de la vessie avec envahissement musculaire cliniquement localisé (9,6 contre 24,6 mois ; P 
  • Une SG moins favorable a été observée chez les patients atteints d’un CE, quel que soit le stade (P 
  • L’histologie de CE a montré une association indépendante avec un risque accru de décès (RR : 1,79 ; P 
  • La SG médiane des patients atteints d’un CE traités par CR seule, par rapport aux patients traités par CTNA, était de 25,4 contre 34,0 mois (P = 0,34).
  • L’administration d’une CTNA était associée à une amélioration de la SG chez les patients atteints d’un CU (RR : 0,83 ; P 

    Limites

    • Conception rétrospective.