Cancer de la vessie : les CR robotiques et ouvertes engendrent des résultats à long terme similaires

  • Bochner BH & al.
  • Eur Urol
  • 18 mai 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les cystectomies radicales ouvertes et robotiques (CRO et CRR, respectivement) engendrent des résultats de survie similaires chez les patients atteints d’un cancer de la vessie (CaV) à haut risque.
  • Les récidives locales/abdominales étaient plus fréquentes après une CRR qu’après une CRO.
  • Cinq cas d’atteinte de la paroi abdominale ont été rapportés en lien avec la CRR.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les données sur les résultats à long terme après une CRR sont limitées.
  • Des essais randomisés bénéficiant de la puissance statistique adéquate pour comparer les résultats oncologiques entre la CRO et la CRR sont justifiés.

Protocole de l’étude

  • Analyse secondaire d’une étude randomisée menée auprès de 118 patients atteints d’un CaV de stade clinique Ta-T3/N0-3/M0 ayant été affectés de manière aléatoire à une CRO ou une CRR ; tous les patients ont fait l’objet d’une lymphadénectomie pelvienne avec dérivation urinaire.
  • Financement : Centre Sidney Kimmel pour les cancers de la prostate et urologiques (Sidney Kimmel Center for Prostate and Urologic Cancers) et bourse de soutien aux centres anticancer des Instituts nationaux de santé (National Institutes of Health)/de l’Institut national du cancer (National Cancer Institute).

Principaux résultats

  • La durée médiane de suivi était de 4,9 ans.
  • 45 patients ont présenté des récidives et 36 sont décédés.
  • Aucune différence n’a été observée en matière de survie sans récidive (P = 0,4), de survie spécifique au cancer (P = 0,4) et de SG (P = 0,8).
  • La récidive locale/abdominale était nettement inférieure dans le groupe CRO par rapport au groupe CRR (sous-RR : 0,34 ; P = 0,035).
  • Cinq patients du groupe CRR ont présenté une atteinte de la paroi abdominale, mais aucun patient du groupe CRO.

Limites

  • L’étude n’avait pas la puissance requise pour détecter les différences en matière de récidives du cancer, de résultats de survie ou de schémas de la récidive.