Cancer de la vessie : le sacituzumab govitécan est associé à une réponse satisfaisante

  • Tagawa ST & al.
  • J Clin Oncol

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le sacituzumab govitécan est associé à une réponse satisfaisante et à un profil de sécurité d’emploi gérable chez les patients préalablement traités atteints d’un cancer de la vessie localement avancé, non résécable ou métastatique.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients atteints d’une maladie avancée ou métastatique ne disposent que de peu d’options de traitement après la progression sous platine ou inhibiteurs des points de contrôle.
  • L’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (Food and Drug Administration, FDA) a accordé une approbation accélérée au sacituzumab govitécan sur la base de ces résultats.

Méthodologie

  • L’étude de phase II TROPHY-U-01 a été menée.
  • La cohorte 1 comprenait 113 patients atteints d’un cancer de la vessie localement avancé, non résécable ou métastatique, préalablement traité. Ils ont reçu du sacituzumab govitécan.
  • Financement : Immunomedics, Inc., une filiale de Gilead Sciences, Inc.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 9,1 mois.
  • Le taux de réponse objective était de 27,4 %.
  • Le taux de réponse complète était de 5,3 %.
  • Le taux de bénéfice clinique était de 37,2 %.
  • La survie sans progression (SSP) médiane était de 5,4 mois.
  • La survie globale (SG) médiane était de 10,9 mois.
  • Le taux d’événements indésirables liés au traitement (EIT) était de 94,7 %.
  • Les EIT les plus fréquents étaient la diarrhée (65 %), les nausées (60 %), la fatigue (52 %), l’alopécie (47 %), la neutropénie (46 %), la diminution de l’appétit (36 %), l’anémie (33 %), les vomissements (30 %) et la leucopénie (25 %).
  • Les EIT de grade supérieur ou égal à 3 les plus fréquents étaient la neutropénie (35 %), la leucopénie (18 %), l’anémie (14 %), la diarrhée (10 %) et la neutropénie fébrile (10 %).
  • 6 % des patients ont arrêté le traitement en raison d’EIT.

Limites

  • L’étude était menée en ouvert.