Cancer de la vessie : le pembrolizumab en maintenance de substitution permet d’obtenir une réponse et de prolonger la SSP

  • Galsky MD & al.
  • J Clin Oncol
  • 9 avr. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un cancer urothélial métastatique, l’instauration du pembrolizumab immédiatement après la fin de la chimiothérapie de première intention permet d’obtenir une réponse satisfaisante et de prolonger la survie sans progression (SSP).

Pourquoi est-ce important ?

  • Le traitement d’entretien par avélumab a été récemment autorisé dans ce contexte.
  • Les résultats actuels appuient également une stratégie de maintenance de substitution (switch-maintenance) chez ces patients.

Protocole de l’étude

  • L’étude de phase II en double aveugle GU14-182 a été menée : 108 patients atteints d’un cancer urothélial métastatique ayant obtenu une maladie stable ou une réponse partielle avec un traitement de première intention par chimiothérapie à base de platine ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir du pembrolizumab (n = 55) ou un placebo (n = 53).
  • Financement : MSD ; Centre de cancérologie de l’Institut de cancérologie Tisch (Tisch Cancer Institute Cancer Center).

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 12,9 mois.
  • Dans le groupe pembrolizumab, comparativement au groupe placebo :
    • Le taux de réponse objective était de 23 %, contre 10 %.
    • Le taux de réponse complète était de 9 %, contre 0 %.
    • Le taux d’événements indésirables de grades 3–4 liés au traitement était de 59 %, contre 38 %.
    • La SSP médiane était de 5,4 mois, contre 3,0 mois (rapport de risque [RR] : 0,65 ; P logarithmique par rangs = 0,04 ; P selon le test de robustesse pour l’efficacité maximale = 0,039).
    • La survie globale (SG) médiane était de 22 mois, contre 18,7 mois.
  • Aucune interaction significative entre un score positif combiné supérieur ou égal à 10 pour le ligand 1 de mort programmée et le groupe de traitement pour la SSP (P = 0,8) ou la SG (P = 0,9).

Limites

  • Petite taille d’échantillon pour les sous-ensembles.