Cancer de la vessie : la fragilité prédit une mortalité à l’hôpital plus élevée après la chirurgie

  • Michel J & al.
  • Urology
  • 12 juil. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients fragiles atteints d’un cancer de la vessie qui font l’objet d’une cystectomie radicale présentent un taux plus élevé de mortalité à l’hôpital, de complications en unité de soins intensifs (USI), de sorties de l’hôpital sans retour au domicile, une durée d’hospitalisation (DH) plus longue et un coût d’admission de référence plus élevé, comparativement aux patients non fragiles.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il n’existe aucun consensus concernant l’outil optimal d’évaluation de la fragilité. Une évaluation électronique de la fragilité basée sur les dossiers médicaux pourrait être une option pratique.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée auprès de 9 459 patients adultes atteints d’un cancer de la vessie qui ont fait l’objet d’une cystectomie radicale.
  • Financement : École de médecine David Geffen (David Geffen School of Medicine).

Principaux résultats

  • 7,1 % des participants remplissaient les critères de la fragilité selon l’indicateur des diagnostics définissant la fragilité des groupes cliniques corrigés Johns Hopkins (Johns Hopkins Adjusted Clinical Groups).
  • 68,2 % des patients fragiles et 59,7 % des patients non fragiles présentaient des comorbidités (P = 0,005).
  • Les patients fragiles, comparativement aux patients non fragiles, ont présenté des résultats plus élevés dans les domaines suivants :
    • la mortalité à l’hôpital (4,2 % contre 1,5 % ; P = 0,04) ;
    • les complications en USI (52,9 % contre 18,6 % ; P 
    • la sortie de l’hôpital sans retour au domicile (33,9 % contre 11,6 % ; P 
    • une DH plus longue (médiane : 15 jours, contre 7 jours) ; 
    • un coût médical de l’admission de référence plus élevé (médiane : 39 665 $, contre 27 307 $) ; et
    • la rémission à 30 jours (31,8 % contre 29,3 %).
  • La fragilité était associée à un risque deux fois plus important de mortalité à l’hôpital (rapport de cotes [RC] : 2,30 ; P = 0,03).
  • La fragilité a présenté l’association indépendante la plus forte avec (P 
  • les complications en USI (RC : 4,74) ;
  • la sortie de l’hôpital sans retour au domicile (RC : 3,43).
  • Dans le cadre de la régression linéaire généralisée, la fragilité était plus fortement associée à une DH plus longue (RC : 0,58) et à une augmentation des frais hospitaliers (RC : 0,42) que les autres covariables. 
  • Limites

    • Protocole rétrospectif.