Cancer de la vessie : la chirurgie mini-invasive constitue une option viable

  • Montorsi F & al.
  • J Urol
  • 4 nov. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un cancer de la vessie avec envahissement musculaire (CVEM) non métastatique, la cystectomie radicale robotique (CRR) était associée aux résultats oncologiques à long terme, et le taux et les schémas de récidive étaient comparables à ceux obtenus avec la cystectomie radicale ouverte.
  • Un stade avancé de la maladie et des marges chirurgicales positives étaient associés à une survie défavorable.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les données à long terme concernant les résultats de la CRR sont limitées.

Protocole de l’étude

  • 446 patients consécutifs (âge médian : 67 ans), atteints d’un CVEM non métastatique et ayant fait l’objet d’une cystectomie radicale robotique il y a 10 ans ou moins, ont été inclus.
  • Financement : Fondation de l’Alliance Roswell Park (Roswell Park Alliance Foundation) ; Initiative collective en faveur de la qualité de la Fondation Vattikuti (Vattikuti Foundation Collective Quality Initiative).

Principaux résultats

  • 10 % des patients ont reçu une chimiothérapie néoadjuvante, 51 % ont présenté une complication et 4 % sont décédés dans les 90 jours.
  • 43 % des patients présentaient une maladie de stade supérieur ou égal à pT3, 24 % présentaient un statut pN+ et 7 % avaient une marge chirurgicale au niveau des tissus mous.
  • Après un suivi médian de 5 ans, 15 % et 29 % des patients avaient développé une récidive locale et à distance, respectivement.
  • Les taux de survie sans récidive (SSR) à 10 ans, de survie spécifique à la maladie (SSM) et de survie globale (SG) étaient de 59 %, 65 % et 35 %, respectivement.
  • Une maladie de stade pathologique supérieur ou égal à T3 était associée à une réduction de la SSR, de la SSM et de la SG (rapport de risque [RR] : 2,03, 4,05 et 2,69, respectivement ; P 
  • Le statut pN+ était associé à une SSR, une SSM et une SG défavorables (RR : 2,17, 2,58 et 2,02, respectivement ; P 
  • Un traitement adjuvant était associé à une réduction de la SSR (RR : 2,75 ; P 

Limites

  • Protocole rétrospectif.