Cancer de la vessie : la chimiothérapie adjuvante démontre un bénéfice dans le cadre d’un essai de phase III

  • Birtle A & al.
  • Lancet
  • 5 mars 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une chimiothérapie combinée à base de gemcitabine et de platine, initiée dans les 90 jours suivant la néphro-urétérectomie, permet d’améliorer de manière significative la survie sans maladie (SSM) chez les patients atteints d’un carcinome urothélial des voies supérieures (CUVS) localement avancé.

Pourquoi est-ce important ?

  • La chimiothérapie adjuvante à base de platine doit être considérée comme un nouveau traitement de référence après une néphro-urétérectomie chez ces patients.

Protocole de l’étude

  • L’essai de phase III à groupes parallèles POUT a été mené.
  • 261 patients atteints d’un CUVS et faisant l’objet d’une néphro-urétérectomie ont été affectés de manière aléatoire pour intégrer le groupe surveillance ou le groupe chimiothérapie adjuvante (gemcitabine et cisplatine/carboplatine) dans les 90 jours suivant l’intervention chirurgicale.
  • Critère d’évaluation principal : la SSM (délai jusqu’à la première récidive au niveau du lit tumoral, jusqu’aux premières métastases ou jusqu’au décès toutes causes confondues).
  • Financement : Centre de recherche sur le cancer au Royaume-Uni (Cancer Research UK).

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 30,3 mois.
  • La chimiothérapie adjuvante a prolongé de manière significative la SSM, comparativement à la surveillance (médiane : non atteinte, contre 29,8 mois ; rapport de risque [RR] : 0,45 ; P = 0,0001).
  • Les estimations du taux de SSM à 3 ans étaient de 71 % (IC à 95 % : 61–78 %) dans le groupe chimiothérapie, et de 46 % (IC à 95 % : 36–56 %) dans le groupe surveillance.
  • La survie sans métastase était plus longue avec la chimiothérapie (RR : 0,48 ; P = 0,0007).
  • Le taux d’événements indésirables liés au traitement de grade supérieur ou égal à 3 était plus élevé avec la chimiothérapie (44 % contre 4 % ; P 
  • Aucun décès lié au traitement n’a été rapporté.

Limites

  • Protocole en ouvert.