Cancer de la vessie : l’atézolizumab est sûr et efficace selon une étude en situation réelle

  • Sternberg CN & al.
  • Eur Urol
  • 22 mars 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

  • L’étude SAUL en situation réelle montre que l’atézolizumab est tolérable et efficace chez les patients atteints d’un carcinome des voies urinaires, y compris ceux présentant une atteinte de la fonction rénale ou des maladies auto-immunes.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats appuient le bénéfice de l’atézolizumab observé dans l’étude IMvigor211.

Protocole de l’étude

  • L’étude de phase IIIB SAUL multicentrique internationale en ouvert et portant sur la sécurité d’emploi a été menée.
  • 997 patients atteints d’un carcinome urothélial ou non urothélial des voies urinaires, localement avancé ou métastatique, ont reçu de l’atézolizumab.
  • Critère d’évaluation principal : la sécurité d’emploi.
  • Financement : F. Hoffmann-La Roche, Bâle, Suisse.

Principaux résultats 

  • 35 % des patients n’étaient pas éligibles selon les critères d’inclusion de l’étude IMvigor211. 
  • La durée de suivi médiane était de 12,7 mois.
  • 45 % des patients ont présenté des événements indésirables de grade supérieur ou égal à 3 ; les plus fréquents étaient la fatigue, l’asthénie, la colite et l’hypertension.
  • La SG médiane était de 8,7 mois (IC à 95 % : 7,8–9,9) et la SSP était de 2,2 mois (IC à 95 % : 2,1–2,4).
  • La SG médiane était de 5,7 mois chez les patients présentant une atteinte de la fonction rénale (n = 46) et de 8,2 mois chez les patients atteints d’une maladie auto-immune (n = 35).
  • Le taux de SG à 6 mois était de 60 % (IC à 95 % : 57–63 %) ; le taux de réponse objective (TRO) médian était de 13 % (IC à 95 % : 11–16 %).
  • Chez les patients satisfaisant aux critères d’inclusion de l’étude IMvigor211, la SG médiane était de 10,0 mois (IC à 95 % : 8,8–11,9), le taux de SG à 6 mois était de 65 % (IC à 95 % : 61–69 %) et le TRO était de 14 % (IC à 95 % : 11–17 %).
  • Le taux d’interruptions du traitement liées aux toxicités était de 8 %.

Limites

  • Absence d’un groupe de comparaison.