Cancer de la vessie avancé : l’ajout de l’atézolizumab retarde la progression

  • Galsky MD & al.
  • Lancet
  • 16 mai 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout de l’atézolizumab à la chimiothérapie à base de platine de première intention a prolongé la SSP chez des patients atteints d’un carcinome urothélial avancé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il existe un besoin clinique non satisfait d’options thérapeutiques efficaces et tolérables pour le traitement du carcinome urothélial métastatique.
  • En effet, près de la moitié des patients atteints d’un carcinome urothélial métastatique ne sont pas éligibles au cisplatine et reçoivent généralement des schémas à base de carboplatine, qui engendrent une survie inférieure à ce qui peut être observé avec le cisplatine.

Protocole de l’étude

  • Une analyse de la SSP finale et de la SG intermédiaire de l’étude multicentrique, de phase III IMvigor130 a été réalisée.
  • 1 213 patients non traités atteints d’un carcinome urothélial localement avancé ou métastatique ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir de l’atézolizumab + une chimiothérapie à base de platine, de l’atézolizumab en monothérapie ou une chimiothérapie à base de platine + un placebo.
  • 53 à 58 % des patients des différents groupes étaient inéligibles au cisplatine. 
  • Critère d’évaluation co-principal : SSP et SG.
  • Financement : F. Hoffmann-La Roche ; Genentech.

Principaux résultats

  • Dans le groupe atézolizumab + chimiothérapie, par rapport au groupe placebo + chimiothérapie :
    • La SSP médiane était significativement plus longue (8,2 contre 6,3 mois ; RR : 0,82 ; P = 0,007).
    • La SG médiane était de 16,0 contre 13,4 mois (RR : 0,83 ; P = 0,027), mais le seuil prédéfini pour la signification statistique n’a pas été atteint.
  • La SG médiane n’était pas significativement différente entre l’atézolizumab et le placebo + chimiothérapie.
  • Pour l’atézolizumab + chimiothérapie, comparativement à l’atézolizumab seul ou au groupe placebo + chimiothérapie, respectivement :
    • Le taux de réponse objective était de 47 %, contre 23 % et 44 %.
    • Le taux d’événements indésirables de grade 3/4 était de 81 %, contre 15 % et 81 %.
    • Le taux d’interruptions du traitement liées à des toxicités était de 11 %, contre 6 % et 7 %.

Limites

  • Les données concernant la SG finale ne sont pas encore disponibles.