Cancer de la vésicule biliaire de stade T1b : l’observance des recommandations s’avère très mauvaise, selon une étude américaine

  • Vo E & al.
  • Ann Surg Oncol
  • 29 nov. 2018

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Moins de la moitié des patients atteints d’un cancer de la vésicule biliaire (CVB) de stade T1b non métastatique reçoivent le traitement recommandé, qui consiste à réaliser une cholécystectomie radicale associée à une exérèse des ganglions lymphatiques régionaux (CR-ER).

Pourquoi est-ce important ?

  • La non-évaluation des ganglions lymphatiques régionaux peut entraîner une mauvaise stadification de la maladie chez 15 % des patients au maximum, et empêcher ainsi l’administration d’un traitement adjuvant.
  • Une prise en charge chirurgicale agressive constitue le traitement accepté du CVB de stades T2 et T3, mais la question de savoir si une cholécystectomie simple (CS) est suffisante dans le cadre du CVB de stade T1b demeure controversée.

Protocole de l’étude

  • Une analyse rétrospective a été réalisée auprès de 464 patients issus de la base de données nationale américaine du cancer (National Cancer Database).
  • Financement : Centre de cancérologie générale Dan L. Duncan (Dan L. Duncan Comprehensive Cancer Center) ; Système de santé des anciens combattants des États-Unis (Veterans Health Administration).

Principaux résultats

  • 47 % des patients ont fait l’objet d’un traitement par CR-ER et 53 % ont fait l’objet d’une CS.
  • 15,0 % des patients ayant fait l’objet d’un traitement par CR-ER, et dont le statut des ganglions lymphatiques était connu, présentaient des ganglions lymphatiques positifs (pN+).
  • 53,1 % des patients pN+ ayant fait l’objet d’un traitement par CR-ER ont reçu un traitement adjuvant (contre 9,4 % des patients pN- ayant fait l’objet d’un traitement par CR-ER et 10,9 % des patients ayant fait l’objet d’une CS ; P 
  • Les patients ayant fait l’objet d’une CS et qui ont reçu un traitement adjuvant étaient plus susceptibles de présenter des marges positives (16,7 % contre 5,3 % ; P 0,032) que les patients n’en ayant pas reçu.
  • L’analyse multivariée a révélé que le traitement par CR-ER était associé à une réduction de 29 % du risque de décès (RR : 0,71 ; IC à 95 % : 0,53–0,94).

Limites

  • Analyse rétrospective.