Cancer de la tête/du cou : un taux de TIL plus élevé prédit une meilleure survie

  • Spector ME & al.
  • JAMA Otolaryngol Head Neck Surg
  • 5 sept. 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un taux élevé de lymphocytes infiltrant la tumeur (Tumor-Infiltrating Lymphocytes, TIL) est associé à une amélioration des résultats de survie chez les patients atteints d’un carcinome épidermoïde de la tête et du cou (CETC).

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette étude prospective relativement vaste vient appuyer un peu plus le rôle pronostique des TIL dans ce contexte.

Protocole de l’étude

  • Une étude épidémiologique a été menée auprès de 464 patients atteints d’un CETC préalablement non traité. Les sites de la maladie comprenaient la cavité buccale (n = 228), l’oropharynx (n = 147), le larynx (n = 74) et l’hypopharynx (n = 15).
  • Financement : Université du Michigan (University of Michigan).

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 47,5 mois.
  • Lors de l’analyse multivariée, un score pondéré plus élevé pour les TIL (spTIL) était associé à une amélioration de :
    • la SG : rapport de risque (RR) de 0,94 (IC à 95 % : 0,92–0,97) ;
    • la survie spécifique à la maladie (SSM) : RR de 0,94 (IC à 95 % : 0,90–0,98).
  • Un taux plus élevé de CD8 était associé à une amélioration de la SG chez les patients atteints des cancers suivants :
    • cancer de la cavité buccale : RR de 0,98 (IC à 95 % : 0,96–1,00) ;
    • cancer du larynx : RR de 0,88 (IC à 95 % : 0,79–0,98) ;
    • cancer de l’oropharynx (données non présentées).
  • Un spTIL plus élevé était associé à une amélioration de la SG chez les patients atteints des cancers suivants :
    • cancer du larynx : RR de 0,86 (IC à 95 % : 0,74–1,00) ;
    • cancer de l’oropharynx (données non présentées).
  • Lors de l’analyse des sous-groupes, un taux de CD4 et un spTIL plus élevés étaient associés à une amélioration de la SG chez les patients ayant fait l’objet d’une radiochimiothérapie primaire (RR : 0,88 [IC à 95 % : 0,80–0,96] ; et RR : 0,85 [IC à 95 % : 0,77–0,93], respectivement).

    Limites

    • Étude monocentrique.