Cancer de la tête/du cou : quand un évidement ganglionnaire cervical de niveau IIb doit-il être réalisé ?

  • Hosokawa S & al.
  • World J Surg
  • 3 sept. 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un évidement ganglionnaire cervical de niveau IIb, chez les patients atteints d’un carcinome épidermoïde de la tête et du cou (CETC), pourrait être nécessaire uniquement pour les cas présentant des métastases à plusieurs niveaux ou au niveau IIa, ou des métastases suspectes au niveau IIb, lors de l’examen préopératoire.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’évidement ganglionnaire sélectif du cou avec ablation des ganglions de niveau IIb est associé à un risque de lésion du nerf accessoire.

Principaux résultats

  • 10,34 % des cous avec ganglions cliniquement positifs présentaient des métastases au niveau IIb confirmées sur le plan pathologique.
  • 0 % des cous avec ganglions cliniquement négatifs présentaient des métastases au niveau IIb confirmées sur le plan pathologique.
  • Une corrélation significative a été observée entre le statut des ganglions de niveau IIb déterminé sur le plan clinique et confirmé sur le plan pathologique (P 
  • 77,3 % des patients ont développé un trouble d’abduction de l’épaule et une faiblesse musculaire mitrale après un évidement ganglionnaire cervical de niveau IIb.

Protocole de l’étude

  • 181 patients atteints d’un CETC ont fait l’objet d’un évidement ganglionnaire cervical de niveau IIb et d’une évaluation histopathologique.
  • Financement : aucun.

Limites

  • Étude rétrospective.