Cancer de la tête/du cou : prédire la survie avec une nouvelle RT dans le cas d’une récidive ou d’un deuxième cancer primitif

  • Orlandi E & al.
  • Head Neck
  • 29 juil. 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le site de la tumeur, le volume de la nouvelle irradiation, l’histologie de la récidive et la présence d’un dysfonctionnement organique sont des facteurs pronostiques chez les patients traités par une nouvelle irradiation dans le cadre d’un cancer de la tête et du cou (CTC) récidivant ou en deuxième cancer primitif.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’identification des facteurs pronostiques peut faciliter la gestion du traitement des patients.

Principaux résultats

  • La SG à 2 ans était de 75,7 % ; la SG à 5 ans était de 43,5 %.
  • La SSP à 2 ans était de 49,5 % ; la SSP à 5 ans était de 20,9 %.
  • Un site non nasopharyngé (rapport de risque [RR] : 2,33 ; P = 0,04), un volume de nouvelle irradiation supérieur à 36 cm3 (RR : 1,91 ; P = 0,008), une histologie de la récidive de carcinome épidermoïde (CE ; RR : 1,91 ; P = 0,02) et la présence d’un dysfonctionnement organique (RR : 1,91 ; P = 0,04) étaient associés à une réduction de la SG, à l’analyse multivariée.
  • Le recours à une analyse par partitionnement récursif de la nouvelle irradiation dans plusieurs établissements était associé à une faible capacité discriminatoire dans l’ensemble de la cohorte et dans la population atteinte d’un CE (indice C de Harrell : 0,526 et 0,521, respectivement).

Protocole de l’étude

  • 159 patients atteints d’un CTC récidivant/en deuxième cancer primitif, qui avaient fait l’objet d’une nouvelle irradiation, ont été inclus.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Limites

  • Protocole rétrospectif.