Cancer de la tête/du cou : les inhibiteurs de PD-1/PD-L1 prolongent la SG d’après une méta-analyse

  • Wang BC & al.
  • Cancer Med
  • 22 août 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les inhibiteurs de mort cellulaire programmée 1 (Programmed cell Death-1, PD-1) et du ligand de PD-1 (PD-L1) sont associés à une amélioration de la SG chez les patients atteints d’un cancer de la tête et du cou (CTC) récidivant ou métastatique, d’après une revue systématique et une méta-analyse.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats confirment la présence d’un bénéfice de SG, mais pas de SSP, et démontrent la valeur pronostique du statut du virus du papillome humain (VPH).

Principaux résultats

  • Les patients traités par inhibiteurs de PD-1/PD-L1 ont présenté une amélioration de la SG, comparativement à ceux recevant le traitement de référence (rapport de cotes [RC] : 0,60 ; P = 0,001).
    • Le bénéfice de SSP n’était pas statistiquement significatif (RC : 0,69 ; P = 0,05).
  • Lors de l’analyse des sous-groupes, les inhibiteurs de PD-1/PD-L1 étaient associés à une amélioration de la SG chez les patients présentant un statut PD-L1 positif (rapport de risque [RR] : 0,69 ; P = 0,0005), mais pas chez ceux présentant un statut PD-L1 négatif (RR : 1,08 ; P = 0,66).
  • Les patients positifs au VPH présentaient un taux de réponse globale plus élevé à l’inhibition de PD-1/PD-L1 que les patients négatifs au VPH (18,8 % contre 12,2 % ; P = 0,09).
  • Les événements indésirables les plus fréquents étaient la fatigue (14,7 %), l’hypothyroïdie (9,5 %), l’éruption cutanée (6,8 %), le prurit (6,8 %), la diarrhée (6,6 %) et les nausées (6,2 %).

Protocole de l’étude

  • 9 études (2 essais contrôlés randomisés, 7 essais à groupe unique) impliquant 1 387 patients atteints d’un CTC récidivant/métastatique ont été incluses.
  • 1 018 patients ont reçu des inhibiteurs de PD-1/PD-L1, et 369 ont reçu le traitement de référence.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Limites

  • Un nombre relativement faible d’essais contrôlés randomisés a été inclus.