Cancer de la tête/du cou : le nivolumab est moins efficace après une exposition au cétuximab

  • Ferris RL & al.
  • Clin Cancer Res
  • 25 juin 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le nivolumab prolonge la survie, comparativement au choix de la chimiothérapie à agent unique de l’investigateur (CI), chez les patients non exposés au cétuximab atteints d’un carcinome épidermoïde de la tête et du cou (CETC) récidivant/métastatique.
  • Chez les patients ayant été exposés au cétuximab, le bénéfice n’a pas atteint le seuil de significativité statistique.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le cétuximab module la réponse immunitaire et pourrait probablement altérer l’efficacité de l’immunothérapie.

Principaux résultats

  • Le nivolumab était associé de manière significative à une amélioration de la SG médiane, comparativement à une CI, chez les patients sans exposition antérieure au cétuximab (8,2 mois contre 4,9 mois ; rapport de risque [RR] : 0,52 ; IC à 95 % : 0,35–0,77).
    • L’effet n’était pas significatif chez les patients ayant préalablement été exposés au cétuximab (7,1 mois contre 5,1 mois ; RR : 0,84 ; IC à 95 % : 0,62–1,15).
  • Aucun bénéfice de SSP n’a été identifié pour le nivolumab, comparativement à la CI, chez les patients :
    • sans exposition antérieure au cétuximab (2,2 mois contre 2,6 mois ; RR : 0,89 ; IC à 95 % : 0,60–1,31) ;
    • ayant préalablement été exposés au cétuximab (2,0 mois contre 2,1 mois ; RR : 0,86 ; IC à 95 % : 0,63–1,18).
  • Le nivolumab était associé à une réduction du nombre d’événements indésirables liés au traitement de tous grades et de grades 3–4 (57,9 % et 13,1 %, respectivement), comparativement au choix de l’investigateur (80,3 % et 42,4 %, respectivement).

Protocole de l’étude

  • L’essai de phase III CheckMate 141 a inclus 361 patients atteints d’un CETC récidivant/métastatique, qui ont été affectés de manière aléatoire selon un rapport de 2:1 pour recevoir du nivolumab à raison de 3 mg/kg toutes les 2 semaines ou le choix de la chimiothérapie à agent unique de l’investigateur, puis analysés pour déterminer les résultats de survie.
  • Financement : Bristol-Myers Squibb.

Limites

  • Analyse post-hoc.
  • Protocole en ouvert.