Cancer de la tête/du cou : le déclin fonctionnel après le traitement prédit une survie défavorable

  • Eldridge RC & al.
  • Head Neck
  • 22 août 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le déclin de l’état fonctionnel au cours des 6 mois suivant le traitement prédit fortement une survie défavorable chez les patients atteints d’un cancer de la tête et du cou (CTC), d’après une analyse secondaire de l’essai 9003 du Groupe de radiothérapie-oncologie (Radiation Therapy Oncology Group) de NRG Oncology.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les marqueurs pronostiques peuvent guider la planification du traitement et la prise en charge des patients.

Protocole de l’étude

  • 495 patients atteints d’un CTC et traités par radiothérapie ont été évalués à l’aide de l’échelle de l’état général pour les patients atteints d’un cancer de la tête et du cou (Performance Status Scale for Head and Neck Cancer Patients, PSS-HN).
  • Financement : Institut national américain du cancer (National Cancer Institute).

Principaux résultats

  • Un déficit au niveau de la sous-échelle de normalité du régime alimentaire était associé à la mortalité :
    • rapport de risque (RR) de 3,32 (P 
    • RR de 3,60 (P 
    • RR de 2,49 (P 
    • RR de 2,60 (P 
  • Un déficit au niveau de la sous-échelle d’alimentation en public était associé à la mortalité :
    • RR de 3,56 pour un déficit élevé sans évolution ;
    • RR de 1,82 (P = 0,04) pour une évolution vers un déficit élevé ;
    • RR de 1,47 (P = 0,02) pour un déficit modéré sans évolution ;
    • RR de 1,79 (P = 0,001) pour une évolution à la baisse générale.
  • Un déficit au niveau de la sous-échelle d’intelligibilité de la parole était associé à la mortalité :
    • RR de 2,30 (P = 0,007) pour un déficit élevé sans évolution ;
    • RR de 3,01 (P 
    • RR de 2,12 (P = 0,008) pour une amélioration à partir d’un déficit élevé ;
    • RR de 1,99 (P = 0,001) pour un déficit modéré sans évolution.

    Limites

    • Le statut du virus du papillome humain (VPH) n’a pas été enregistré.