Cancer de la tête/du cou : l’afatinib n’apporte aucun bénéfice après une radiochimiothérapie définitive

  • Burtness B & al.
  • JAMA Oncol
  • 13 juin 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’afatinib n’était associé à aucune amélioration de la survie sans maladie (SSM) ou de la qualité de vie (QdV) liée à la santé après une radiochimiothérapie (RCT) définitive chez des patients atteints d’un carcinome épidermoïde de la tête et du cou (CETC), dans un essai contrôlé randomisé de phase III.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les auteurs de l’essai on conclu que l’afatinib adjuvant n’est pas recommandé après une RCT définitive.

Principaux résultats

  • La SSM médiane était de 43,4 mois (IC à 95 % : 37,4 mois–non estimable) chez les patients ayant reçu de l’afatinib, et elle était non estimable (IC à 95 % : 40,1 mois–non estimable) chez les patients ayant reçu le placebo (rapport de risque [RR] : 1,13 ; P = 0,48).
  • L’afatinib et le placebo étaient associés à un état de santé global et à une QdV similaires (rapport de cotes [RC] : 0,8 ; P = 0,26).
  • L’afatinib était associé à un taux plus élevé d’éruption cutanée ou d’acné (14,8 % contre 0,5 %), de stomatite (13,4 % contre 0,5 %) et de diarrhée (7,8 % contre 0,5 %) de grades 3/4 liées au traitement, comparativement au placebo.
  • L’essai a été interrompu sur la base d’une analyse de futilité programmée.

Protocole de l’étude

  • 617 patients atteints d’un CETC locorégionalement avancé à risque élevé ou intermédiaire au niveau de la cavité buccale, de l’hypopharynx, du larynx ou de l’oropharynx, qui avaient présenté une réponse complète après une RCT, ont été affectés de manière aléatoire selon un rapport de 2:1 pour recevoir de l’afatinib à raison de 40 mg/jour ou un placebo.
  • Financement : Boehringer Ingelheim.

Limites

  • Arrêt prématuré de l’essai.
  • Statut du virus du papillome humain non pris en compte.