Cancer de la prostate : une RTMIH plus courte permet d’obtenir un meilleur contrôle de la maladie

  • Hoffman KE & al.
  • J Clin Oncol
  • 14 août 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une radiothérapie à modulation d’intensité avec hypofractionnement modéré (RTMIH) plus courte a permis d’améliorer le contrôle du cancer de la prostate, comparativement à une RTMI conventionnelle (RTMIC), sans augmentation de la toxicité, chez les hommes à risque faible/intermédiaire atteints d’un cancer de la prostate (CaP).

Pourquoi est-ce important ?

  • Une RTMIH plus courte peut permettre d’augmenter la dose biologique efficace et faciliter le traitement, sans augmentation de la toxicité ou du coût.

Protocole de l’étude

  • 206 patients à risque faible/intermédiaire atteints d’un cancer de la prostate ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir une RTMIC (75,6 Gy en fractions de 1,8 Gy sur 8,4 semaines) ou une RTMIH (72 Gy en fractions de 2,4 Gy sur 6 semaines, soit l’équivalent biologique de 85 Gy en fractions de 1,8 Gy).
  • Financement : Institut national du cancer (National Cancer Institute).

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 8,5 ans.
  • Moins d’hommes ont présenté un échec de traitement dans le groupe RTMIH, comparativement au groupe RTMIC (10 contre 21 ; P = 0,036).
  • L’incidence cumulée à 10 ans pour les échecs était de 10,7 % avec la RTMIH et de 23,7 % avec la RTMIC.
  • Les échecs de traitement étaient significativement moins nombreux avec une RTMIH qu’avec une RTMIC chez les hommes :
    • N’ayant pas reçu de traitement par privation androgénique (9 contre 20 ; P = 0,033) ;
    • Ayant un PSA inférieur ou égal à 10 ng/ml (9 contre 18 ; P = 0,042).
  • Il n’y avait pas de différence significative au niveau de la SG entre les hommes traités par RTMIH et ceux traités par RTMIC (SG à 10 ans : 82,8 % contre 76,1 % ; P = 0,39).
  • À huit ans, le taux d’événements indésirables gastro-intestinaux de grade 2–3 était de 5 % avec la RTMIC et de 12,6 % avec la RTMIH (P = 0,08).

Limites

  • Nombre limité d’événements lors des analyses des sous-groupes.