Cancer de la prostate : une méta-analyse suggère qu’un échec local est un facteur pronostique indépendant de la survie

  • Kishan AU & et al.
  • Eur Urol
  • 10 nov. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un cancer de la prostate localisé de haut grade qui font l’objet d’une radiothérapie, un échec local est associé de manière indépendante à la survie globale (SG), à la survie spécifique au cancer de la prostate (SSCP) et à la survie sans métastase à distance (SSMD).
  • Un échec local survenant avant la métastase à distance était associé à une SSCP plus faible.

Pourquoi est-ce important ?

  • Chez ces patients, un échec local justifie une intensification du traitement initial.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 6 études randomisées impliquant 992 patients atteints d’un cancer de la prostate localisé de haut grade.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 6,4 ans.
  • Un échec local était associé à une réduction de la SG (rapport de risque [RR] : 1,70 ; P 
  • Chez les patients ayant fait l’objet d’une radiothérapie et d’un traitement androgénique à court terme qui ont présenté des métastases à distance, le délai médian jusqu’à l’événement était significativement plus long chez ceux qui avaient présenté un échec local, comparativement à ceux n’en ayant pas présenté (4,58 ans contre 2,38 ans ; P 
  • La SSCP était significativement plus élevée chez les patients n’ayant pas présenté d’échec local avant la métastase à distance, comparativement à ceux en ayant présenté un (RR : 0,14 ; P 
  • Les patients en état d’échec local présentaient un risque accru de métastases à distance ou de décès (RR : 1,86 ; P = 0,04), comparativement aux patients sans échec local.

Limites

  • Hétérogénéité entre les études.