Cancer de la prostate : une intervention téléphonique personnalisée à destination des survivants à long terme

  • Skolarus TA & al.
  • J Clin Oncol
  • 29 mars 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une intervention téléphonique de gestion des symptômes, automatisée et personnalisée, afin d’améliorer l’autogestion chez les survivants à long terme d’un cancer de la prostate, n’améliore pas le score global de l’indice composite élargi sur le cancer de la prostate-26 (Expanded Prostate Cancer Index Composite-26, EPIC), comparativement aux soins habituels.
  • Une intervention adaptée à un type de symptômes localisés a permis d’obtenir une amélioration des scores de santé urinaire, sexuelle et intestinale entre 5 et 12 mois.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il existe peu d’interventions centrées sur les survivants à long terme qui font face à des symptômes après le traitement.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée auprès de 556 survivants d’un cancer de la prostate (âge : 40–80 ans) présentant un fardeau symptomatique ; ils ont été affectés de manière aléatoire pour faire l’objet d’une intervention téléphonique de gestion des symptômes automatisée et personnalisée, ou recevoir les soins habituels.
  • Financement : Recherche et développement en matière de services de santé du département des Anciens combattants des États-Unis (Veterans Affairs Health Services Research and Development).

Principaux résultats

  • À cinq mois, aucune différence significative n’a été observée au niveau des scores moyens de l’EPIC entre le groupe intervention et le groupe soins habituels.
  • À 12 mois, le score de confiance pour l’autogestion des symptômes s’était amélioré dans le groupe intervention (différence moyenne [DM] : 0,5 ; P = 0,03).
  • À cinq mois, le score moyen de l’évaluation de la capacité d’adaptation était plus élevé dans le groupe intervention (DM : 0,2 ; P = 0,02).
  • L’analyse des sous-groupes a révélé une amélioration significative dans certains domaines symptomatiques ciblés grâce à l’intervention, entre 5 et 12 mois :
    • Santé urinaire : incontinence (DM : 3,0 ; P = 0,02) et irritation/obstruction (DM : 5,6 ; P 
    • Santé intestinale (DM : 10,1 ; P 
    • Santé sexuelle (DM : 7,2 ; P 

Limites

  • Il se peut que les résultats ne puissent pas être généralisés.