Cancer de la prostate : une comparaison des modalités de traitement chez les personnes âgées atteintes d’une maladie à risque élevé

  • Urologic Oncology.

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients âgés atteints d’un cancer de la prostate à risque élevé, une amélioration significative de la SG à 10 ans a été observée avec l’association radiothérapie externe (RTE) et curiethérapie, avec ou sans traitement par privation androgénique (TPA), comparativement à la prostatectomie radicale (PR), mais pas avec l’association TPA et RTE.
  • L’association RTE et TPA était associée à une augmentation de la mortalité spécifique au cancer à 10 ans.
  • Le coût était plus élevé dans les groupes RTE.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats à long terme et le coût des modalités de traitement chez les patients plus âgés ne sont pas clairs.

Protocole de l’étude

  • 6 296 patients atteints d’un cancer de la prostate à risque élevé (âge supérieur ou égal à 66 ans) ont été identifiés dans la base de données Surveillance, épidémiologie et résultats finaux (Surveillance, Epidemiology, and End Results, SEER)-Medicare, entre 1996 et 2003.
  • Les patients ont fait l’objet d’une PR, d’une RTE et d’un TPA, ou une d’une RTE et d’une curiethérapie avec ou sans TPA.
  • Financement : Agence pour la recherche et la qualité en matière de soins de santé (Agency for Healthcare Research and Quality).

Principaux résultats

  • Résultats de SG à 10 ans, comparativement à la PR seule :
    • amélioration significative avec l’association RTE et curiethérapie avec ou sans TPA (rapport de risque corrigé [RRc] : 0,47 ; IC à 95 % : 0,31–0,73) ;
    • similaire avec l’association RTE et TPA (RRc : 1,09 ; IC à 95 % : 0,72–1,66).
  • Le groupe TPA et RTE a présenté une réduction significative de la survie spécifique au cancer à 10 ans, comparativement à la PR (RRc : 2,19 ; IC à 95 % : 1,92–5,21).
  • Le coût du traitement était significativement plus élevé avec l’association RTE et TPA (rapport de cotes corrigé [RCc] : 1,72 ; IC à 95 % : 1,35–2,20) et avec l’association RTE et curiethérapie avec ou sans TPA (RCc : 1,63 ; IC à 95 % : 1,29–2,04).
  • Le taux de complications gastro-intestinales et urogénitales était plus élevé avec l’association RTE et curiethérapie avec ou sans TPA au cours de la période de suivi.

Limites

  • Protocole rétrospectif.