Cancer de la prostate oligorécidivant : la RT pelvienne élective à dose élevée s’avère prometteuse

  • Supiot S & al.
  • Eur Urol

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une radiothérapie (RT) pelvienne élective à dose élevée, associée à un traitement par privation androgénique (TPA) à court terme, prolonge le contrôle de la tumeur avec une toxicité limitée chez les patients atteints d’un cancer de la prostate oligorécidivant.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit du premier rapport prospectif sur la radiothérapie pelvienne élective dans le cadre de la maladie oligorécidivante.
  • Ces résultats justifient une investigation plus approfondie dans le cadre d’un essai randomisé à grande échelle.

Méthodologie

  • L’essai de phase II multicentrique OLIGOPELVIS GETUG P07 a été mené.
  • 67 patients atteints d’un cancer de la prostate sensible à la castration, qui avaient présenté une rechute ganglionnaire pelvienne oligorécidivante, ont fait l’objet d’une RT pelvienne de rattrapage à dose élevé et ont reçu un TPA pendant 6 mois.
  • Financement : Astellas Pharma.

Principaux résultats

  • 35 patients avaient préalablement fait l’objet d’une RT de la prostate.
  • La durée de suivi médiane était de 49,4 mois.
  • Le taux de survie sans progression (SSP) à 2 ans était de 81 %.
  • La SSP médiane était de 45,3 mois.
  • La survie sans rechute biochimique médiane était de 25,9 mois.
  • Le taux de toxicités urogénitales et gastro-intestinales de grade supérieur ou égal à 2 était de 10 % et 2 %, respectivement.
  • Deux patients ont présenté une incontinence sévère de grade 3.
  • Aucune altération significative de la qualité de vie (QdV) urogénitale ou intestinale n’a été observée à deux ans.

Limites

  • L’essai a été mené en ouvert.