Cancer de la prostate oligométastatique : le traitement ciblant les métastases montre un bénéfice clinique durable

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le traitement ciblant les métastases (TCM) montre un bénéfice à long terme en matière de survie sans progression (SSP) chez les patients atteints d’un cancer de la prostate oligométastatique sensible à la castration (CPSC) dans une analyse combinée de 2 essais prospectifs.
  • Les altérations génomiques ont une valeur pronostique dans cette population de patients.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le recours à un TCM augmente rapidement dans les tumeurs oligométastatiques, et une signature mutationnelle à haut risque pourrait aider à stratifier les résultats du traitement après un TCM.

Méthodologie

  • Une analyse combinée de 116 patients atteints d’un CPSC oligométastatique a été réalisée à partir des essais STOMP et ORIOLE ; les patients ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir un TCM ou pour faire l’objet d’une surveillance.
  • Le critère d’évaluation principal était la SSP.
  • Les mutations à haut risque étaient définies comme des mutations somatiques pathogènes dans les gènes ATM, BRCA1/2, Rb1 ou TP53.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 52,5 mois dans le groupe entier.
  • La SSP médiane était significativement plus longue dans le groupe TCM que dans le groupe surveillance :
    • Dans l’ensemble : 11,9 mois contre 5,9 mois (rapport de risque [RR] groupé : 0,44 ; P < 0,001).
    • Tumeurs porteuses d’une mutation à haut risque : 7,5 contre 2,8 mois (RR : 0,05 ; P < 0,01).
    • Tumeurs sans mutation à haut risque : 13,4 contre 7,0 mois (RR : 0,42 ; P = 0,01).
  • Chez les patients sans mutation à haut risque, la SSP radiographique (SSPr) médiane était de 22,6 contre 10,0 mois chez les patients avec mutation à haut risque (RR : 0,38 ; intervalle de confiance [IC] à 95 % : 0,20–0,17 ; P < 0,01).
  • Chez les patients ayant reçu un TCM, la SSPr médiane était significativement plus longue chez les patients sans groupe de mutation à haut risque (25,3 contre 8,0 mois ; RR : 0,43 ; P = 0,04).

Limites

  • Une analyse génomique a été réalisée pour un petit nombre de patients uniquement.