Cancer de la prostate oligométastatique : la radiothérapie stéréotaxique d’ablation est efficace et sûre

  • Phillips R & et al.
  • JAMA Oncol
  • 26 mars 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La radiothérapie stéréotaxique d’ablation (Stereotactic Ablative Radiotherapy, SABR) est sûre et permet de retarder la progression chez les patients atteints d’un cancer de la prostate oligométastatique, comparativement à l’observation.
  • Un traitement de consolidation complet de la maladie métastatique détectable par imagerie moléculaire réduit le risque de métastases ultérieures.
  • La SABR induit une réponse immunitaire systémique.

Pourquoi est-ce important ?

  • La SABR semble constituer un traitement ciblant les métastases efficace dans ce contexte.
  • Le phénotype immunitaire à l’inclusion et le statut mutationnel tumoral pourraient permettre de prédire le bénéfice associé à la SABR.

Protocole de l’étude

  • Une étude randomisée de phase II (ORIOLE) a comparé l’observation et la SABR dans le cadre du cancer de la prostate oligométastatique.
  • 54 patients atteints d’un cancer de la prostate hormonosensible oligométastatique et récidivant ont été affectés de manière aléatoire selon un rapport de 2:1 pour faire l’objet d’une SABR ou d’une observation.
  • Financement : Fondation Nesbitt-McMaster (Nesbitt-McMaster Foundation) ; autres.

Principaux résultats

  • À 6 mois, une progression a été rapportée chez 19 % des patients faisant l’objet d’une SABR, contre 61 % des patients sous observation (P = 0,005).
    • Taux de progression de la maladie : 11 % contre 50 % (P = 0,005).
    • Survie sans progression (SSP) médiane : non atteinte, contre 5,8 mois (rapport de risque [RR] : 0,30 ; P = 0,002).
  • Un traitement de consolidation totale de la maladie avide du traceur radioactif antigène membranaire spécifique de la prostate réduisait le risque de nouvelles lésions métastatiques à 6 mois (15,8 % contre 62,5 % ; P = 0,006).
  • Aucun événement indésirable de grade supérieur ou égal à 3 n’a été observé.  
  • Le séquençage des récepteurs des lymphocytes T a identifié une augmentation significative de l’expansion clonotypique après la SABR.
  • Une clonalité plus importante à l’inclusion était associée à une progression avec la SABR uniquement (0,082085 contre 0,026051 ; P = 0,03), mais pas avec l’observation (P = 0,68).

Limites

  • Ces résultats doivent être validés dans le cadre d’un essai de phase III.