Cancer de la prostate métastatique : un schéma posologique prolongé ou avec une dose plus élevée de radium-223 échoue lors d’un essai de phase II

  • Sternberg CN & al.
  • Ann Oncol
  • 1 févr. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Des schémas posologiques prolongés ou avec une dose plus élevée de radium-223 ne permettent pas de prolonger la survie sans événements squelettiques symptomatiques (ESS) chez les patients atteints d’un cancer de la prostate résistant à la castration métastatique (CPRCm) associé à des métastases osseuses, comparativement à la dose et au calendrier d’administration standards (55 kBq/kg ; 6 cycles).

Pourquoi est-ce important ?

  • Deux études de phase II antérieures ont rapporté des effets dépendants de la dose sur les marqueurs sériques, un meilleur contrôle de la maladie et un soulagement de la douleur.
  • Cependant, les résultats actuels appuient le fait qu’un schéma basé sur 6 injections de radium-223 à la dose standard soit le traitement optimal.

Protocole de l’étude

  • Phase II : 391 patients atteints d’un CPRCm associé à des métastases osseuses ont été affectés de manière aléatoire selon un rapport de 1:1:1 pour recevoir du radium-223 selon le calendrier et la dose standards, avec une dose élevée (88 kBq/kg ; 6 cycles) ou avec un calendrier prolongé (55 kBq/kg ; 12 cycles).
  • Financement : Bayer.

Principaux résultats

  • Taux d’ESS :
    • 28 % avec la dose standard ;
    • 32 % avec la dose élevée ;
    • 37 % avec le calendrier prolongé.
  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau de la survie sans ESS médiane entre les groupes suivants :
    • groupe avec dose élevée, contre dose standard :
      • 12,9 mois, contre 12,3 mois ;
      • rapport de risque (RR) de 1,06 (P = 0,70) ;
    • groupe avec calendrier prolongé, contre calendrier standard :
      • 10,8 mois contre 13,2 mois ;
      • RR de 1,26 (P = 0,31). 
  • La survie globale (SG ; RR) était similaire entre les groupes suivants :
    • groupe avec dose élevée, contre dose standard : 1,08 (P = 0,62) ;
    • groupe avec calendrier prolongé, contre calendrier standard : 1,00 (P = 1,00).
  • L’événement indésirable de grade supérieur ou égal à 3 le plus fréquent était l’anémie :
    • 10 % dans le groupe standard, 14 % dans le groupe avec dose élevée, 14 % dans le groupe avec calendrier prolongé.
  • Taux d’événements indésirables graves : 20 % dans le groupe standard, 29 % dans le groupe avec dose élevée, 31 % dans le groupe avec calendrier prolongé.
  • Taux d’arrêt du traitement : 33 % dans le groupe standard, 46 % dans le groupe avec dose élevée, 76 % dans le groupe avec calendrier prolongé.

Limites

  • Protocole en ouvert.