Cancer de la prostate localisé : un traitement radical améliore les résultats, mais entraîne une augmentation de la toxicité

  • Vernooij RW & al.
  • Cochrane Database Syst Rev

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La prostatectomie radicale améliore probablement les résultats oncologiques chez les patients atteints d’un cancer de la prostate localisé, comparativement à l’attente vigilante ou à la surveillance active, mais elle pourrait augmenter considérablement le taux d’incontinence urinaire et de dysfonction érectile.

Pourquoi est-ce important ?

  • La décision concernant le traitement primaire dépend grandement de facteurs spécifiques aux patients ou à la maladie, ainsi que des valeurs et des préférences des patients.
  • Par conséquent, la prise de décision partagée est importante.

Méthodologie

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 4 études incluant 2 635 patients atteints d’un cancer de la prostate localisé.
  • Financement : Aucun financement externe.

Principaux résultats

  • Prostatectomie radicale, contre attente vigilante (trois études).
    • La prostatectomie radicale a probablement réduit le risque (rapport de risque [RR] ; IC à 95 %) de :
      • mortalité toutes causes confondues : 0,79 (0,70–0,90) ;
      • mortalité liée au cancer : 0,57 (0,44–0,73) ;
      • progression : 0,43 (0,35–0,54) ;
      • métastases : 0,56 (0,46–0,70).
    • La prostatectomie radicale pourrait entraîner une augmentation considérable du taux d’incontinence urinaire (risque relatif : 3,97 ; IC à 95 % : 2,34–6,74) et de dysfonction érectile (risque relatif : 2,67 ; IC à 95 % : 1,63–4,38).
  • Prostatectomie radicale, contre surveillance active (une étude).
    • Aucune différence n’a été observée au niveau de la mortalité toutes causes confondues (RR : 0,93 ; IC à 95 % : 0,65–1,33) ou de la mortalité spécifique au cancer (RR : 0,63 ; IC à 95 % : 0,21–1,93).
    • La prostatectomie radicale a entraîné une réduction du risque de progression (RR : 0,39 ; IC à 95 % : 0,27–0,56) et de métastases (risque relatif : 0,39 ; IC à 95 % : 0,21–0,73).

Limites

  • Faible nombre d’études incluses.