Cancer de la prostate localisé : les UFHI sont une alternative sûre au traitement définitif

  • Wu YT & al.
  • PLoS One
  • 1 janv. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les ultrasons focalisés de haute intensité (UFHI) de la glande entière sont une option de traitement efficace pour le cancer de la prostate localisé, en particulier dans le cadre de la maladie à risque faible et intermédiaire selon la classification de D’Amico.
  • 76,3 % des patients ayant reçu un traitement de rattrapage n’ont pas présenté une récidive biochimique.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les UFHI semblent efficaces chez les patients à risque faible et intermédiaire, et peuvent être une alternative à la radiothérapie définitive ou à la chirurgie chez les patients plus âgés ou présentant plusieurs comorbidités.
  • Un suivi plus long est nécessaire.

Méthodologie

  • 128 patients atteints d’un cancer de la prostate primitif localisé ont été traités par des UFHI de la glande entière.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 53,7 mois.
  • 76,3 % des 38 patients ayant reçu un traitement de rattrapage n’ont pas présenté une récidive biochimique.
  • Le délai médian jusqu’au traitement de rattrapage était de 15,3 mois après le premier traitement par UFHI.
  • Les taux de survie sans récidive biochimique à 5 ans pour les groupes de risque selon la classification de D’Amico étaient de 85,7 % pour le risque faible, de 82,7 % pour le risque intermédiaire et de 45,2 % pour le risque élevé.
  • Le fait d’appartenir au groupe à risque élevé était le seul facteur prédictif de survie sans récidive biochimique (P 
  • Les événements indésirables comprenaient :
    • l’incontinence urinaire : 2,3 % ;
    • l’épididymite aiguë : 10,9 % ;
    • la maladie du col vésical ou le rétrécissement uréthral : 20,3 % ;
    • le dysfonctionnement érectile de novo : 65,6 %.

Limites

  • Il s’agit d’une étude rétrospective.