Cancer de la prostate localisé : des résultats à long terme sont rapportés par les patients

  • Hoffman KE & al.
  • JAMA
  • 14 janv. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • À cinq ans, les patients atteints d’un cancer de la prostate localisé traités par prostatectomie présentent une baisse cliniquement significative de la :
    • fonction urinaire, comparativement à la radiothérapie externe (RTE) et à la curiethérapie à bas débit de dose (curiethérapie BDD), dans le groupe à risque favorable ;
    • fonction sexuelle, comparativement à l’association RTE et traitement par privation androgénique (TPA), dans le groupe à risque défavorable.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats peuvent aider les patients à prendre des décisions éclairées concernant leur traitement.

Protocole de l’étude

  • 2 005 patients atteints d’un cancer de la prostate cliniquement localisé ont participé à une enquête sur les résultats rapportés par les patients (résultats fonctionnels et qualité de vie [QdV] liée à la santé).
  • Les patients à risque favorable (n = 1 386) ont fait l’objet d’une prostatectomie, d’une surveillance active, d’une RTE ou d’une curiethérapie BDD.
  • Les patients à risque défavorable (n = 619) ont fait l’objet d’une prostatectomie ou ont reçu l’association RTE et TPA.
  • Financement : Agence pour la recherche et la qualité en matière de soins de santé des États-Unis (US Agency for Healthcare Research and Quality).

Principaux résultats

  • Durée de suivi médiane : 73 mois.
  • Groupe à risque favorable :
    • À 5 ans, une prostatectomie épargnant les nerfs était associée à une réduction cliniquement significative de l’incontinence urinaire, comparativement à la RTE (différence moyenne corrigée [DMC] pour la prostatectomie : -15,9 ; P 
    • Une amélioration du score d’irritation urinaire a été observée avec la prostatectomie, comparativement à la curiethérapie BDD (DMC : 5,4 ; P 
  • Groupe à risque défavorable :
    • À cinq ans, une baisse du score de la fonction sexuelle a été observée avec les deux traitements.
    • Le traitement combiné par RTE et TPA était associé à une amélioration clinique de la fonction sexuelle, comparativement à la prostatectomie (DMC : 12,5 ; P 
  • Aucune différence cliniquement significative n’a été observée au niveau des scores de la fonction sexuelle, intestinale, hormonale et de la QdV liée à la santé à cinq ans entre les différents traitements, quel que soit le groupe de risque.

Limites

  • Étude basée sur un questionnaire.