Cancer de la prostate : les résultats de QdV rapportés par les patients après une radiothérapie hypofractionnée

  • Nossiter J & al.
  • J Clin Oncol
  • 2 janv. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La radiothérapie hypofractionnée (RTH) était associée à une amélioration significative des scores de la fonction sexuelle et hormonale, comparativement à la radiothérapie conventionnelle (RTC), chez des patients atteints d’un cancer de la prostate localisé en pratique réelle, mais ces différences ne sont pas considérées comme cliniquement significatives.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des recommandations récentes préconisent le recours systématique à la RTH, avec un schéma modérément hypofractionné, dans tous les groupes de risque, indépendamment de l’âge, des comorbidités, de l’anatomie ou de la fonction urinaire initiale.

Protocole de l’étude

  • Les données s’appuient sur les réponses à une enquête de 13 131 hommes atteints d’un cancer de la prostate et traités par radiothérapie, qui ont répondu à un questionnaire incluant le questionnaire abrégé de l’indice composite élargi sur le cancer de la prostate (Expanded Prostate Cancer Index Composite, EPIC-26) et le questionnaire EuroQol EQ-5D-5L.
  • La différence minimale cliniquement importante entre les traitements selon le domaine était définie comme suit :
    • Incontinence urinaire : 6 points.
    • Irritation/Obstruction urinaire : 5 points.
    • Fonction sexuelle : 10–12 points.
    • Fonction intestinale : 4 points.
    • Troubles hormonaux : 4 points.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 64,2 % des patients ont fait l’objet d’une RTC et 35,8 % d’une RTH.
  • Comparativement à la RTC, la RTH était associée à des différences moyennes corrigées significativement plus élevées dans les domaines suivants :
    • Score de la fonction sexuelle EPIC-26 : 3,3 points (P 
    • Score de la fonction hormonale : 3,2 points (P 
  • Aucune différence statistiquement significative n’a été observée entre les groupes au niveau des scores pour l’EQ-5D-5L (P = 0,87), la fonction intestinale (P = 0,09), l’incontinence urinaire (P = 0,26) ou l’irritation/l’obstruction urinaire (P = 0,098).

Limites

  • Étude basée sur un questionnaire.
  • Les résultats rapportés par les patients immédiatement avant le traitement étaient inconnus.