Cancer de la prostate : les anti-androgènes sont associés à moins de comorbidités que les GnRHa

  • Beckmann K
  • Eur Urol
  • 26 nov. 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’un cancer de la prostate avancé qui reçoivent des agonistes de l’hormone de libération des gonadotrophines (Gonadotropin-Releasing Hormone Agonists, GnRHa) présentent un risque annuel 5,7 % plus élevé de comorbidités supplémentaires, comparativement aux patients recevant un anti-androgène en monothérapie.
  • Les GnRHa augmentent de manière significative le risque de maladie cardiovasculaire et de diabète à trois ans.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats soulignent l’importance de la sélection des patients pour un traitement à long terme et justifient la réalisation d’études de validation prospectives.

Protocole de l’étude

  • Les patients atteints d’un cancer de la prostate avancé non métastatique ont reçu un anti-androgène en monothérapie (n = 2 078) ou des GnRHa (n = 4 878) ; 9 337 et 21 808 hommes sans cancer de la prostate ont été appariés pour constituer les groupes de comparaison respectifs.
  • Les augmentations des comorbidités ont été mesurées à l’aide de l’indice de comorbidité de Charlson (ICC), de cinq ans avant à cinq ans après le début du traitement par privation androgénique.
  • Financement : Société suédoise du cancer.

Principaux résultats

  • Durée médiane de suivi : 3,0 ans dans le groupe anti-androgènes ; 3,7 ans dans le groupe GnRHa.
  • Les patients du groupe GnRHa ont obtenu une différence plus importante au niveau du taux d’excédent de variation de l’ICC après le début du TPA, comparativement aux patients recevant des anti-androgènes (5,7 % par an ; P 
  • Le risque d’une nouvelle variation de l’ICC à 3 ans était significativement plus élevé avec les GnRHa qu’avec les anti-androgènes (RR : 1,32 ; IC à 95 % : 1,19–1,46).
    • Les GnRHa étaient associés à un risque plus élevé de maladie cardiaque coronaire (RR : 1,39 ; IC à 95 % : 1,14–1,69) et de diabète (RR : 1,64 ; IC à 95 % : 1,26–2,13) concomitants.

Limites

  • Étude observationnelle dans sa conception.